•  
  •  
  •  
  •  

Contondantes

Voici une liste, évidemment non-exhaustive, d’armes contondantes.
ATTENTION toutes ces armes sont classées juridiquement dans la 6ème catégories, et sont donc interdites.
Si vous êtes inscrit à un club et que la technique ne vous effraie pas, beaucoup de formes permettent l’apprentissage de ces armes, ce qui leur donne une tout autres dimensions.

Bo

Le bâton en bois (+ de 2 m) ‘Bo’ enregistra, dans les îles japonaises, une évolution analogue à l’occident. La sophistication progressive de ces armes en bois est due au fait que l’armure était portée uniquement à l’occasion des batailles et par des samouraïs de haut rang. Elle s’avérait en outre fort peu commode dans un pays montagneux, très humide et extrêmement chaud (régions centrales). On se servit également du Tetsu-Bo (un bâton en fer ou en bois renforcé) en utilisant les mêmes technique de combat que le Bo.

On utilise le baton de deux façons principales :
D’estoc; Le baton s’utilise alors en percussion. On cherchera à pousser une des extrémités du baton sur un point sensible de l’adversaire, ou à perforer une zone fragile comme le plexus, le foie ou le visage.
De taille; Le baton est alors pris « fermement » avec les deux mains et utilisé comme une batte de base-ball, dans le cas le plus simple.

Boken
Conçue au départ pour l’entraînement des militaires, la Boken révéla rapidement ses propriétés offensives si bien que de nombreux guerriers l’adoptèrent en remplacement de l’épée d’acier, plus lourde. La Boken est une version en bois dur (comme le chêne ou l’if) du Katana, l’épée caractéristique des samouraïs.

Tetsu bo
Le bâton en bois renforcé ou en fer le ‘Tetsu-Bo’ enregistra, dans les îles japonaises, une évolution analogue au Bo en utilisant les mêmes technique de combat que le bâton en bois.

Tonfa

Originaire du monde paysan japonais et conçus pour le battage et la mouture des céréales et des légumes, le Tonfa fut adopté comme arme lorsque la division du peuple japonais en classe devint immuable (période Tokugawa) et que le droit de porter des armes fut exclusivement réservé à la caste des samouraïs. Le Tonfa se compose d’un battant de bois dur (environ 40 cm de long et 7 à 10 cm de large), épais et lourds, aux bords latéraux parfois fuselés, auquel est fixé, un peu avant l’une des extrémités, un manche en bois à section ronde formant un angle droit avec le premier élément. Une fois saisie, le Tonfa appuie la partie longue du battant contre la face dorsale de l’avant bras, constituant une surface susceptible de parer un coup de tranchant. La section restante dépasse de la main et s’avère très utile pour porter des coups droits. Une rotation rapide du poignet projette en avant le battant qui, grâce à sa vitesse et son poids, peut frapper avec une force surprenante. Cette arme s’employait de préférence par paire, une dans chaque main.

Nunchaku (long gian)
Conçus pour le battage et la mouture des céréales et des légumes, le Nunchaku fut adopté comme arme lorsque la division du peuple japonais en classe devint immuable (période Tokugawa) et que le droit de porter des armes fut exclusivement réservé à la caste des samouraïs. Le Nunchaku est un petit fléau constitué de deux éléments cylindriques en bois dur réunis à une extrémité par une corde ou une chaîne courte. En variant les prises, il peut frapper comme un étrier d’armes, un bâton court ou servir à porter des coups directs. Tenu à deux mains et bien tendu, il est capable d’intercepter un coup de tranchant ou d’étrangler un homme.


  •  
  •  
  •  
  •