•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi parler d’armes à feu sur un site traitant des arts martiaux et des sports de combat ?

Pour plusieurs raisons : Tout d’abord parce que « martial » vient du latin « martinus » qui veut dire guerrier et qu’on utilise des armes à feu à foison au cours d’une guerre quand on est un guerrier (je rappelle qu’une guerre n’est autre qu’un affrontement entre deux entités – état, industries, personnes, etc.). Ensuite, il est de plus en plus probable que dans des situations d’agressions vous trouviez des armes à feu sur votre chemin. C’est moche, mais c’est comme ça. Certains pensent que c’est plus efficace, plus persuasif, etc.

Sachant qu’éviter les balles n’est pas humain (même Superman ne les esquive pas… il encaisse), je préfère vous donner des informations susceptibles de vous prémunir contre leur utilisation.

Mais d’abord j’aimerais rappeler un point important aux débutants de tous horizons : aucune technique ne vous sauvera d’une arme à feu si son possesseur à décidé de vous faire la peau.

La plupart des techniques enseignées pour se défaire des armes à feu partent du principe qu’on vous la colle sous le nez ou dans le dos. Hors, les armes de ce type sont justement faites pour éviter le corps à corps. Ces techniques peuvent être « fun » à apprendre, mais elles me semblent hors de propos lorsqu’on ne s’adresse pas à un membre du GIGN.

Le seul conseil qu’il faudrait donner me semble-t-il, c’est « fuyez ». Tout est dans la situation évidemment car la fuite n’est pas toujours possible, mais si l’opportunité se présente, en courant en zig zag entre les voitures, entre les passants ou en disparaissant au coin d’une rue, fuyez !
Si vous tentez de vous rapprocher d’un agresseur qui se tiendrait trop loin (pour tenter la clé du grizzli de la montagne féroce), vous risquez de provoquer un tir qu’il ne souhaitez peut-être même pas.

Si par contre, vous souhaitez utiliser une arme à feu, faites le de façon sûr. Pour ce faire, il y a 4 règles élémentaires de sécurité à retenir, tirées de la méthode Chuck Taylor, inventeur du systéme de l’ASAA (American Small Arms Academy).

Les 4 règles élémentaires

  1. Considérez toutes les armes comme chargées, même si elles ne le sont pas.
  2. Ne laisser jamais le canon de votre arme pointé sur quelque chose que vous ne voulez pas détruire (et si vous pensez qu’elle n’est pas chargé voir règle numéro 1).
  3. Gardez votre index hors du pontet (l’arceau qui entoure la détente) jusqu’à ce que vos organes de visée soient sur la cible.
  4. Etre sûr de son but et des conséquences de son tir sachant que l’on est responsable du projectile depuis son départ jusqu’à son arrêt total.

Aucune mécanique ne possède de volonté propre, aussi un pistolet ne va jamais « partir tout seul », à moins que quelqu’un n’appuie sur la détente. Les armes sont sûres. Ce sont les gens qui sont dangereux.

La blessure causée par une balle peut facilement être fatale (il existe tout un tas de munitions pour tout un tas de situations). Ce qui signifie que vous ne pouvez pas vous payer le luxe d’apprendre par l’expérience. Votre première erreur pourrait bien être la dernière.

Mais vous n’avez pas besoin d’en faire. Si vous mémorisez les quatre principes de sécurité des armes à feu, si vous les considérez comme totalement importantes, et les ancrez dans votre subconscient, vous n’aurez jamais de malheur avec une arme (de votre faute s’entend).

Nous parlons, malgré le titre de la rubrique, encore et toujours d’arts martiaux. C’est pourquoi dans le cas ou vous vous retrouveriez avec une arme entre les mains dans une situation ou son utilisation vous paraitrait forcée (attention la justice a ses propres vues sur la légitime défense et ne manquerait pas de vous rappeler à l’ordre dans le cas d’une erreur de jugement de votre part), visez les pieds ou les jambes, jamais plus haut. C’est aux hommes de loi de s’occuper des hors la loi.

Ne fuyez pas, s’il y a des témoins vous êtes bon pour la prison (et c’est bien connu, un témoin ça a tout vu et tout entendu). Au contraire, faites votre déposition avec le plus détail possible afin d’être déchargé le plus rapidement possible (et dans des affaires d’armes à feu ce ne sera jamais simple).

Quelques pensées

toujours dans le cadre d’une pratique martiale

– N’utilisez pas d’arme.
– Une arme peut se retourner contre vous.
– Sauf cas particulier, ce n’est pas parce que votre adversaire tient une arme que vous devez en avoir une.
– Si vous vous saisissez d’une arme, gardez en tête que cela n’est pas forcément pour vous en servir (ayez conscience des conséquences).
– Pour pouvoir se dire efficace avec une arme, il faut l’avoir manipulée de très nombreuses mois/années avec des méthodes éprouvées.

Et pour terminer, méfiez-vous de ce que vous croyez savoir sur les armes à feux… la preuve en image ^^

Plus de renseignements

Fédération Française de Tir


  •  
  •  
  •  
  •  
  •