• 11
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages

Non, ce n’est pas un titre putaclic comme certain pourrait le penser.
Le MMA n’est pas un sport de combat, c’est réellement mon avis.

J’ai eu l’occasion de discuter avec un certain nombre de participants à ce débat : députés, enseignants, pratiquants et responsables de fédération et ce qu’il en ressort habituellement c’est un problème de violences et de légalité… en façade.
Nous savons tous que les arguments allant contre la « frappe au sol », sont là pour parasiter le débat public et que c’est avant tout un problème financier qui bloque le dossier français.

Alors que les fédérations, les clubs et les pratiquants se déchirent sur une question qu’on ne prête habituellement qu’au débutant : le MMA est-il le meilleur art martial du monde ? je vois personnellement le MMA comme ces compétitions de cinéma ou les meilleurs combattants de chaque école invitée, s’affrontent dans un décor traditionnel.

Le MMA n’est pas un sport de combat, mais…

Selon moi, le MMA doit évidemment avoir sa fédération. Non pas pour avoir des clubs sous sa protection, mais pour pouvoir organiser les compétitions de façon sécurisée et gérer les assurances, les diffusions, le sponsoring, etc.

Pour tout vous dire je pense que :

Le MMA n’est ni un art martial, ni un sport de combat, c’est un ensemble de règles grâce auxquelles des pratiquants d’arts martiaux et de sports de combat peuvent s’exprimer ensemble dans la même compétition.

Le sur-entraînement à des techniques spécifiques pour des affrontements avec ces règles, est une tendance (dans le cas particulier du MMA) qui tend à l’appauvrissement des arts martiaux et des sports de combat.

Et finalement, c’est ce que les « inventeurs » de l’Ultimate Fighting Championship (Davie, Gracie et Millius en 1993) avaient réussit à faire, même si le vale-tudo sévissait déjà : Réunir des combattants de tous les horizons au sein d’une même compétition.

UFC_1-1993-gerard_gordeau-Teila_Tuli_took
UFC_1 de 1993 (davie, gracie, millius (shamrock contre gracie)
the_ultimate_fighting_championship_1-1993

A mon sens, le verbe important dans la phrase précédente c’est « réunir ».
Un verbe qui donne la notion d’un ensemble, d’un groupe. Les éléments de cet ensemble allant dans la même direction, avec le même but, les mêmes objectifs : se dépasser soi-même face à l’adversaire, quelque soit la technique utilisée.

Tous les clubs d’arts martiaux et de sports de combat devraient donner la possibilité à leurs pratiquants gradés (c’est pour moi une condition incontournable) de participer à ces compétitions en envoyant ces volontaires en stage, comme pour des stages d’arbitrages. Des stages où les règles seraient abordées spécifiquement, si l’enseignant ne les connait pas.

Pourquoi les participants aux compétitions de MMA devraient-ils être gradés ?

Parce que c’est pour moi le moyen de faire vivre les arts martiaux et le MMA dans le même univers et pour retrouver le même état d’esprit que celui des origines : vous développez vos compétences dans un art martial spécifique jusqu’à un niveau palier (obtenir la ceinture noire ou finir sur le podium d’un championnat national ou européen par exemple) comme l’ont fait tous les grands champions jusqu’à il y a peu, et ensuite vous pouvez postuler pour entrer dans l’octogone.
Ce niveau palier devrait donner de vraies chances aux combattants de ne pas se faire exploser au premier combat 🙂

Je sais bien qu’au stade où en est ce débat (miné) ce que j’expose là est une utopie, mais ce serait le moyen de se rassembler autour d’une nouvelle discipline sans pour autant tourner le dos aux anciennes qui, n’en déplaise aux plus jeunes, ont fait leurs preuves de bien des façons et depuis plusieurs décennies.


  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages