• 8
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages

Définitions

Larousse : Obligation ou nécessité morale de répondre, de se porter garant de ses actions ou de celles des autres. 
Fait d’être responsable d’une fonction.
Fonction, position qui donne des pouvoirs de décision, mais implique que l’on en rende compte (surtout pluriel).
Wikipedia : La responsabilité est le devoir de répondre de ses actes, toutes circonstances et conséquences comprises, c’est-à-dire d’en assumer l’énonciation, l’effectuation, et par suite la réparation voire la sanction lorsque l’attendu n’est pas obtenu.

Les prérogatives de l’éducatrice et de l’éducateur sportif

En cette rentrée, ou lancement de la nouvelle saison, mon regard se tourne en premier lieu vers les instructrices, les instructeurs, les formatrices et les formateurs et ceux en devenir.

Le Qi Gong est sous l’égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports depuis 2007.
La communauté est unanime pour dire que ce n’est pas un sport.
Depuis que les compétitions organisées par la Chine sont arrivées sur notre sol et en Europe, avec pour enjeux individuels de gagner des médailles et d’obtenir des Duans, nous pourrions ré-interroger ce sujet.

Or, des pratiquant.e.s d’art énergétique chinois, leurs enseignant.e.s et leurs écoles éprouvent le besoin de se mesurer.
En prime, cela devrait attirer les jeunes générations.
Attendons de voir.

Le cadre juridique de l’éducateur sportif pour enseigner contre rémunération est fixé, les règles se modifiant en fonction du niveau des diplômes et des stratégies politiques et économiques.
Entre licencié.e.s Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) et les diplômé.e.s d’État de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et des Sports, dans les vestiaires et les Assemblées Générales, l’ambiance y est parfois sportive, l’autorité universitaire dominant.

Les responsabilités de L’Éducateur Sportif

Pour prendre un exemple et poser la discussion, ci-dessous ce qu’en dit le Football, sport d’équipe.
Je n’ai pas trouvé mieux pour faire le point concernant nos disciplines d’Asie de l’Est et du Sud-Est.
(À bon entendeur, salut.)

Tous les éducateurs sportifs sont soumis aux mêmes règles.
On y parle de responsabilité sur toutes les coutures : le véritable débat.

PDF à consulter sur footeo.comLa responsabilité de l’éducateur sportif.

Responsabilité Civile (RC), Responsabilité Civile Pro (RC Pro) ? Quelles perspectives ?

Nous sommes sur-assurés. C’est un vrai problème quand un dégât ou un accident arrive, chaque assurance se revoyant alors la balle.
Plus nombreuses sont les obligations, plus les garanties de mener une vie sereine exigent d’être nommées, précisées, conscientisées.
Notre société a besoin d’un responsable. Les président.e.s des associations, en première ligne, sont hautement concerné.e.

A lire sur le même thème > La Responsabilité Civile
A lire sur le même thème > La Responsabilité Civile Professionnelle

La RC Pro est obligatoire pour les praticiens libéraux des métiers de santé :
médecins, chirurgiens dentistes et sages-femmes, pharmaciens et préparateurs en pharmacie, infirmiers, masseurs kinésithérapeutes et pédicures podologues, ergothérapeutes et psychomotriciens, orthophonistes et orthoptistes, manipulateurs d’électro-radiologie médicale, audioprothésistes et opticiens lunetiers et diététiciens.
La RC pro n’est pas obligatoire pour les Éducateurs Sportifs.
Sauf pour les auto-entrepreneurs ou indépendants, les coachs sportifs, les DEJEPS .

Et pour tous les autres qui enseignent contre rémunération? Les CQP, les BPJEPS, sans oublier les bénévoles en nombre ?

Les risques à assurer sont identiques pour tous, même s’ils se nuancent d’une discipline à l’autre, d’un public à l’autre, en dépit des niveaux de prérogatives de chacun. Inégalité des prérogatives, inégalités des peines encourues, avec pour les mêmes faits autant de responsabilité morale, éthique et professionnelle.
À se demander, en poussant le raisonnement un peu plus loin : à quoi bon avoir un DE, si ce n’est que pour endosser et payer davantage que les autres, à fautes égales ?
C’est pire pour un.e DE, je vous l’accorde de manquer à ses responsabilités, étant celle et celui qui plus que les autres encore, se doivent être exemplaires, puisque formateurs de futurs enseignant.e.s.

La question au fond serait de cerner ce que suppose, contient et propose l’exemplarité dans les arts corporels classiques et contemporains d’Asie de l’Est et du Sud-Est en particulier, à leurs peuples aux histoires singulières, différentes, uniques.

Concrètement, au moment des faits et des accusations, les responsabilités sont identiques, d’autant dans le contexte actuel.
La masse des CQP détrônant par son nombre les diplômes supérieurs, de fait, a dévalorisé et dévalue les niveaux de compétences et de l’étendue de ceux au-dessus d’elle.
La masse des CQP nivelle en quelque sorte par le bas les cadres sous-employés quand ils ne sont pas inexploités.

Le statut de l’enseignant encadrant un groupe d’élèves ne justifie ni le laxisme ni la raideur.
La vision panoramique nécessiterait-elle des forceps pour respirer le monde ?

Le monde sportif bouge, sommes-nous à jour ?

Depuis Mars 2017, depuis que le Sport-sur-Ordonnance a pris une place sur l’échiquier, le jeu a changé.
Des Activités Physiques et Sportives font dorénavant parties de l’arsenal thérapeutique des médecins conventionnels. Certains arts martiaux sont recommandés en fonction de pathologies précises.
Les médecins disposent dorénavant du Médico-Sport afin de prescrire une activité physique .

PDF à consulter sur franceolympique.comLe Médico-Sport

L’activité physique est recommandée aux patients de plus en plus nombreux souffrant de maladies non transmissibles et chroniques, connues et encore inconnues à ce jour.

Le Médico-Sport pour le sport-sur-ordonnance

Le Médico-Sport est le dictionnaire à visée médicale des disciplines sportives, édité en Avril 2017, par la commission médicale du Comité National Olympique et Sportif Français :
564 pages en guise de révisions, côté biologie et physiologie, pour les plus mordu.e.s et les plus averti.e.s. Il y a de quoi aussi discuter, discipline par discipline.
Des fédérations s’y sont investies. Toutes délégataires à l’époque. Voici celles couvrant les arts classiques d’Asie de l’Est et du Sud-Est. :

– La Fédération des arts énergétiques et martiaux chinois (ex FFAEMC) : Taïchi Chuan, Qi Gong, Kung Fu
– La Fédération Française de Karaté et D.A .
– La Fédération française de judo et D.A
– Les Fédérations omnisports
Les trois branches composant le Wushu (KungFu, Taï Chi Chuan et Qi Gong) y sont bien représentées dans les plus importantes, soit les plus anciennes, avec des commissions dédiées, ou bien, avec des «  « sous- fédérations »,   absorbées par une fédération délégataire.
C’est le cas pour le Qi Gong, avec L’Union-Pro Qi Gong, (ex FEQGAE) et La Fédération Française Sports pour Tous. Idem pour le Wushu, en tant que Discipline Associée – comportant 3 branches – représentées à la Fédération de Karaté et Disciplines Associées.

Pour chaque sport, la fiche à l’usage du corps médical contient des informations, des conseils, des avertissements et des posologies en fonction des pathologies, chiffres à l’appui.

Les éducatrices et les éducateurs sportifs de toute Activité Physique et Sportive, sont concernés au premier rang d’autant si leur activité figure dans ce qui est l’équivalent du Vidal.
Au lieu de prescrire des médicaments, ou pour venir en complément de traitement, le médecin prescrit des séances de Qi Gong, de Tai Chi Chuan, de kungFu, d’Aïkido, de Marche Nordique, de Pilates, d’Aqua-Gym, selon le patient, comme il prescrit déjà des séances de kinésithérapie.

Le modèle économique original permettra à la Sécurité Sociale d’économiser sur les traitements lourds et de longue durée, de personnes atteintes de maladies chroniques non transmissibles.

L’objectif à long terme est de donner à ces patient.e.s , plus de moyens de poursuivre une vie active au mieux de leurs possibilités, suivi.e.s par un médecin, les soutenant au cours de leurs difficultés à gérer leur corps affaibli par leur maladie.
Les médecins prescrivent une des Activités Physiques et Sportives, bénéfique et répondant aux besoins de leurs patients, en fonction de leurs capacités.
Chaque activité est recommandée par le C.N.O.F selon les pathologies.

L’ordonnance des médecins d’une activité Physique et Sportive contribue aussi à prévenir et à lutter contre la sédentarisation en pleine croissance, en invitant à bouger, pour les bénéfices améliorant et préservant la santé.

L’intérêt de la Sécurité Sociale à long terme, est de réaliser des économies sur les dépenses de médicaments qui devraient avoir baissées de façon significative.
Les patients et les soignants auront pris conscience de l’importance de se mouvoir tous les jours si possible, dans un cadre labellisé proposant des disciplines sportives reconnues pour leurs particularités à retrouver et développer les potentiels, les capacités et compétences physiques, grâce à un sport.
La deuxième phase du plan Mangez-Bougez est en marche.

Cela remue et modifie les mentalités des médecins et des patients.
Sans compter que les médecins actuellement au nombre de 126 000, déjà bien trop peu, ne seront plus que 40 000 en 2025, selon le médecin psychiatre Jean-Bruno Meric.
Les citoyens prendront leur santé en main, en se passant d’eux, absents non seulement de nos campagnes et de nos petites agglomérations de provinces désertifiées, mais partout en France, y compris dans les grandes villes.
Jean-Bruno Meric fait un constat alarmant. C’est pourquoi il défend les médecines douces, et s’en explique afin d’alerter l’opinion, mais surtout, les pouvoirs publics. »

Pour Jean-Bruno Meric, « la nature ayant peur du vide, les médecines douces vont devenir un recours naturel des français, pour pallier à cette raréfaction de praticiens. »

C’est pourquoi il invite les praticiens à créer un Ordre des Médecines Douces, au même titre que celui de l’Ordre des Médecins, « afin de chasser les charlatans… de nombreux charlatans s’introduisent dans les médecines douces, et cherchent à gagner de l’argent facilement, avec des procédés qui sont tout à fait condamnables… et de réglementer une profession qui va prendre de l’ampleur dans les années à venir, d’ici 2025. »

Vidéo à consulter à la fin du lien suivant :

A lire sur le même thème > Le déontologue, par Dr Meric

Le Qi Gong et le Taï Chi Chuan font parti de l’APASAMED, l’Association de Prévention pour la Santé par les Médecines Douces. L’APASAMED que dirige Dr Meric, regroupe des praticiens des médecines douces, médecins et sympathisants. Le Taï Chi Chuan et le Qi Gong y sont recensés. Voir La Charte.

Le Qi Gong et le Taï Chi Chuan sont aussi comptés dans l’énumération des Thérapies Complémentaires de l’Académie Nationale de Médecine.

Le Taï Chi Chuan est à l’honneur certainement grâce aux nombreuses publications de recherches scientifiques internationales sur le sujet depuis suffisamment longtemps à présent, pour avoir le recul nécessaire des médecins et des laboratoires engagés dans leurs recherches sur les bienfaits du Taïchi Chuan et du Qi Gong auprès de patients.

L’étude et la preuve que cet art interne chinois présente des intérêts pour le corps médical afin de venir en aide et soutenir des patients au cours de leur traitement lourd, le long de leur convalescence ou un arrêt maladie de longue durée.

C’est une occasion vivifiante d’exprimer nos valeurs sans avoir à les vendre comme on chercherait à placer une assurance, pour autant.
Elles sont intrinsèques à nos arts.

L’Académie Nationale de la Médecine, une institution au service de Roi, de l’Empereur, de L’état :

Ainsi, « L’Ordonnance royale du 20 décembre 1820 définit ses missions :

« Cette Académie sera spécialement instituée pour répondre aux demandes du gouvernement sur tout ce qui intéresse la santé publique, et principalement sur les épidémies, les maladies, particulières à certains pays, les épizooties, les différents cas de médecine légale, la propagation de la vaccine, l’examen des remèdes nouveaux et des remèdes secrets, tant internes qu’externes, les eaux minérales naturelles ou factices. Elle s’occupera de tous les objets d’étude ou de recherche qui peuvent contribuer au progrès des différentes branches de l’art de guérir.
Depuis 1902, elle est établie 16 rue Bonaparte à Paris. Par une décision du 29 janvier 1947, elle devient Académie nationale de médecine. »

La Chine est partie prenante en investissant et accompagnant beaucoup de projets de recherche, sur son territoire, et hors sol.

A lire sur le même thème > Charte de l’APASAMED

Vous enseignez Les 8 pièces de Brocart dans un Club, à un groupe de 15 personnes

Vous êtes Bénévoles Certifié.e.s, CQP, DEJEPS. Maîtres et Experts non diplômés.
Au beau milieu d’une séance, un.e pratiquant.e à une crise cardiaque.
On n’est pas dans le purin. Tous de façon identique, égaux face à l’éternité et inégaux face à notre finitude, sans instance pour défendre les uns et les autres, sans les distinguer.

Quant à L’Académie Nationale de Médecine, voici le résumé à la fin de son Rapport sur les thérapies complémentaires à propos du Tai Chi Chuan et du Qi Gong, datant du 5 Mars 2013 (page 13) :

« Tai chi et qigong peuvent présenter un intérêt dans la prise en charge d’un ensemble assez
hétéroclite de maladies, qui ont toutes en commun d’être dans une certaine mesure sensibles à l’exercice physique. De nouveaux travaux sont nécessaires pour juger leur valeur par rapport aux méthodes conventionnelles d’entretien physique, et on ne peut dire aujourd’hui si la faveur dont ils jouissent est autre chose qu’un effet de mode ».

Le Taï Chi Chuan et le Qi Gong qui lui est ici associé, devraient avoir un vif succès auprès du corps médical, d’autant qu’ils sont sur la liste des Thérapies Complémentaires, dans la catégorie Thérapie Corps/Esprit, répertoriés par l’Académie Nationale de la Médecine.

Il est difficile de comptabiliser séparément les enseignants de Taï Chi Chuan et de Qi Gong de France et des DOM-TOM, ventilés dans toutes les fédérations et unions qui leur sont dédiées. Sans omettre d’ajouter tous ceux qui enseignent hors fédération. D’autres possibilités existent déjà depuis des années pour animer et former aux arts corporels classiques et contemporains d’Asie de l’Est et du Sud-Est.

Éducateurs sportifs ou courroies de transmission entre deux mondes ?

Les fédérations s’activent, tandis que les éducateurs sportifs regardent le système se mettre en place depuis l’arrêté de 2015, si cela n’a pas échappé à leur vue.
Auto-entrepreneur, gérant d’une société, employé d’une entreprise, employé par une association, une collectivité, quel(s) statut(s) adopter pour glisser joyeusement sur la vague du marché du travail en mutation ?

Contraintes et projet de vie dans la balance, une pause s’impose pour y méditer sans partir tête baissée, oubliant le panorama en extension qui s’offre en continu.
Les disciplines du Wushu marchent bien en France. Les écoles prolifèrent délivrant chaque fin de saison des classes entières, entre vingt et trente étudiants de troisième et dernière année de formation, aptes à enseigner bénévolement. Reste à suivre ses classes dans une fédération proposant un cursus diplômant, pour en faire une activité officielle, bénévole et professionnelle.
Les clubs poussent comme des champignons dans nos forêts, nos campagnes, sur nos côtes, nos rives, nos montagnes et dans nos villes.
Saluons au passage le Ministère de la Jeunesse et des Sports, pour la reconnaissance de nos arts.

Arrêt sur image : Qui fait quoi où comment ?

Pause, afin de visiter l’éthique de l’éducatrice et d’éducateur sportif, quelle que soit son activité et ses publics, des amateurs aux professionnels.

Pause, afin d’affiner son éthique et sa déontologie d’éducatrice et éducateur sportif, pour toute Activité Physique et Sportive, accueillant des patients recommandés par un médecin, pour un complément de traitement corporel adéquat à sa maladie, dynamisant et optimisant ses capacités et ses potentiels physiques tout en produisant une dépense énergique journalière indispensable à l’équilibre de son métabolisme – de son corps/cœur/esprit – réduisant ainsi des symptômes , et par voie de conséquence, des traitements médicamenteux.
Ceci au sein d’un Club, d’une association, d’une institution, d’une entreprise, en intérieur et en extérieur.

Éthique – Pédagogie – Responsabilité

Le tout en un mot : Spiritualité

Quelque soit le sport, l’activité physique des arts corporels classiques et contemporains d’Asie de l’Est et du Sud – Est enseignés et étudiés en France, la responsabilité de l’instructrice et de l’instructeur est imprégnée de règles d’hygiène de vie et de penser, issues de cultures anciennes d’Asie, de courants religieux, philosophiques et idéologiques solides qui ont traversé le temps, les montagnes et les océans.

Le Taoïsme, le Bouddhisme et le Confucianisme ont engendré la Médecine Chinoise en particulier, pétrissant la pensée, le rapport au corps, à sa santé, à la vie et à la mort, s’adaptant à l’évolution des humains et aux transformations de leurs sociétés, tandis que la mondialisation mutualise leurs souffrances, leurs maladies et leurs émotions en temps réel, accessibles en Vidéo Live sur les réseaux sociaux.
Malgré leur grand âge, ces trois branches fondatrices de l’histoire de la pensée chinoise s’écoulant lovée dans la rivière du temps, épouse ses bords poreux et coupants, glisse sur des séismes, se faufile sans heurts entre hostilités et engouements.

Ces références suggèrent des codes de conduite humanistes pour chaque instant de la vie, une grille de lecture échappant aux règlements officiels du monde sportif, et pourtant fondatrice des arts du Wushu, tout comme au Japon, au Viêt-Nam, etc.
Les traditionalistes – enseignant.e.s gardien.ne.s de la mémoire – y veillent ici, et là bas.

« La sagesse est action » aime à rappeler Michel Deydier- Bastide, praticien et formateur en Médecine Traditionnelle Chinoise, et en Psychologie Chinoise, Xin Li. Car elle est :
1. Favorable à la santé du monde du vivant,
2. Productrice d’énergie positive positivant le quotidien du physique/mental/psychisme de chaque individu et de la société.
Nos arts sont des occasions de nous bonifier.

Dans la vie extraordinaire, tous les enseignants ont en commun de dispenser des cours, des stages et des formations d’une discipline qui les passionne, volontairement tournée vers la fluidité et l’harmonie, grâce à la culture de l’énergie, du Qi, qui nourrit la vie et ses principes en actes.
Le tout, en consentant à pétrir aussi son corps sous les auspices du taoïsme et du Bouddhisme en particulier. Le Confucianisme n’a pas gagné les rangs officiellement, hormis dans l’entreprise et dans des grandes écoles, tandis qu’il revient avec force dans L’Empire du milieu.
Attendons de voir.

Avec notre consentement, notre façon de penser d’après des fondements philosophiques et idéologiques de la Chine antique, sculpte notre présence au monde.
Laquelle ?

Instant présent, Posture, Wuji

Là est toute la question à se poser dans ce tableau nécessitant une vision panoramique extensible sur les côtés et dans sa perspective. D’où ce premier article.
Le vivre au temps présent, est vivre avec et auprès des siens, dans le paysage humain de son existence, ici, maintenant, en pratique. Les théories suivront éventuellement.

De la proximité, de l’empathie, de l’engagement, de la responsabilité. Comment ?
Le mieux que l’intention puisse souffler et matérialiser, me semble t-il.

De la joie, de l’enthousiasme à diffuser sans modération

Il y a de place pour tout le monde.

Il suffit de prendre celle qui est la sienne, cela ne dérangera pas ceux qui sont à la leur.
Qu’est-ce qu’être à la bonne place, sinon qu’être à la sienne ?
Tout un programme.
Les nouveaux et les anciens élèves venant à votre rencontre, en seront d’autant mieux servis.

Bonne rentrée à toutes et à tous.

Crédits photo ©Fotolia


  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages