Seringues sur sac de frappe pour dopageCyrille Diabaté, combattant très connu dans le milieu des arts martiaux, diffuse souvent son point de vue sur des sujets divers avec ses fans sur les réseaux sociaux. Il m’a aujourd’hui autorisé à publier son appel à la raison à tous les pratiquants, concernant le dopage et ses dangers.

J’ai également demandé à M. Diabaté des précisions que vous pourrez lire en fin d’article, quant a son expérience du dopage.

Depuis que je fais des arts martiaux, c’est a dire 1991, j’ai rencontré tout types de pratiquants. Des gens avec des objectifs grandioses et d’autres qui pratiquaient dans le simple but de se faire plaisir. Des professionnels et des amateurs passionnés.

Au fil des années, j’ai vu la prolifération du dopage chez tous ces types de pratiquants. Que le but était de se muscler ou plutôt d’augmenter leurs performances, j’ai vu le dopage exploser.
Dans le milieu de la boxe pieds poings le dopage s’est démocratisé en Hollande dans les années 90 avec l’utilisation de la cocaïne, un puissant désinhibiteur et stimulant. Ensuite, partout. Les poids lourds du K1 ont pris des kilos de muscles avec l’utilisation des stéroïdes anabolisants. L’éphédrine, un proche des amphétamines, a aussi été utilisée sur les gros circuits de boxe pieds poings.

Mais c’est avec l’expansion du MMA a l’étranger que le dopage a prit une tout autre ampleur dans les sports de combat. L’entrainement pour atteindre le haut niveau en MMA est TRES dur. Tout y est travaillé. Toutes les filières énergétiques, toutes les distances et styles de combat. Cela donne des séances longues et épuisantes physiquement et nerveusement.

En même temps que les méthodes d’entrainement ont dramatiquement évolués, le dojo et la salle de muscu devenant des laboratoires martiaux, les façons de tricher ont aussi évolués.

Aujourd’hui le pourcentage de combattants de très très haut niveau (top 5 de chaque caté) qui se dope est estimé a 75%. Le dopage chez les amateurs connait aussi une augmentation, même si il y a beaucoup moins de dopés que chez les pros.

Cédric Lambeaux hospitalisé après s’être dopé

Sur cette vidéo le témoignage d’un malade (Cédric Lambeaux, culturiste) sur son lit d’hôpital. Ayant succombé a la tentation…et payant le prix aujourd’hui.

Ce poste est un message a tous les passionnés de sport. A tous ces passionnés qui veulent s’éclater, s’épanouir avec leur pratique. A tout ceux qui veulent améliorer leur santé et se sentir mieux tout en se surpassant…

… personne se sent bien d’un lit d’hôpital.

Texte rédigé par Cyrille Diabaté
Champion du monde de muay thai et combattant de MMA

Entretien avec Cyrille Diabaté

Masterfight : As-tu été « tenté » (de ton propre chef ou de la part de ton entourage sportif) pour commencer le dopage ? Si oui, quel fut le cheminement de ta réflexion avant de dire non ?
Cyrille Diabaté : Jamais tenté. Ca va a l’inverse de tous mes principes.

MF : Donc ce n’est pas un « calcul » sur le long terme, mais uniquement tes principes de vie qui t’ont fait dire : « ce sera sans moi ».
CD : Oui. Et au fur et a mesure la vie m a montré que javais fait le bon choix. Avec des exemples autour de moi
De gens qui avaient triché et qui avait payé.

MF : Est-ce qu’on t’a déjà dit au cours de ta carrière : « Allez Cyrille, c’est le moment de passer à du sérieux, je te propose de prendre ça » ?
CD : Non mais un ex entraineur m’a implicitement suggéré de me doper pour pouvoir combattre au K1.

MF : As-tu senti une différence entre les autres combattants et toi ? Que les autres « n’était pas net » ?
CD : Dans les differents styles de combat que jai pratiqué il y a eut parfois des adversaires que je savais dopé avec une quasi certitude. Pour moi le dopage a ses limites. Et a long terme je pense que le sportif y perd bien plus qu il y gagne.

Merci Cyrille pour cet échange.

Les liens vers les produits cités, ne sont bien évidemment pas là pour en faire la promotion, mais pour vous donner des éléments de réflexion et des arguments médicaux à opposer à celles et ceux, un peu perdus, qui seraient tentés par l’expérience.