•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conclusions de la mission parlementaire concernant le MMA en France, lancée en avril 2016 ont été déposées hier (nom de code « rapport MMA »), 8 novembre 2016 :

Des clubs de MMA oui, des compétitions non !

Menée par messieurs Jacques Grosperrin et Patrick Vignal, cette mission, commandée par monsieur Thierry Braillard Secrétaire d’État […] chargé des Sports, aura duré 6 mois. Au cours de ce délai le duo a auditionné 100 personnes concernées de très près par le MMA : des sportifs en activité, aux organisateurs d’évènements en passant par des entraîneurs, des sociologues, etc.

A lire sur le même thème > Le MMA a droit à sa mission parlementaire

Rapport parlementaire sur MMA - arts martiaux mixtes

Pourquoi une mission parlementaire ?

Au cours de cette investigation, il semblerait (chiffres à vérifier) que près de 700 associations touchant entre 20 et 30 000 pratiquants, aient déjà intégrés dans leurs noms la notion de MMA.
Rappelons-nous donc d’abord les objectifs de cette mission parlementaire qui ont guidé la réflexion sur la pratique du MMA :

  • Proposer une analyse portant sur la pluralité des pratiques en France et à l’étranger ;
  • Comparer les pratiques du secteur MMA avec les règles de sécurité (réglementation des frappes, protection des sportifs, environnement de combat) en vigueur dans les sports de combat autorisés sur le territoire français ;
  • Analyser les conditions d’enseignement de ce secteur où des enseignants non diplômés se déclarent parfois professeurs ou éducateurs (sécurité des pratiquants, etc) ;
  • Auditionner le CSA afin de porter une réflexion commune concernant la diffusion audiovisuelle des compétitions de MMA ;
  • Porter une réflexion large sur la philosophie des sports de combat en lien avec la transmission des valeurs républicaines affirmant le rôle de régulation de l’Etat face aux violences émergentes y compris dans les secteurs du sport et des loisirs.

Des objectifs clairs qui pourtant semblent avoir été victimes d’un « piratage d’état » avec la publication quelques jours avant la sortie du rapport, de l’arrêté du 3 octobre 2016 relatif aux règles techniques et de sécurité applicables aux manifestations publiques de sports de combat.

Que dit cet arrêté ? Découvrons ensemble les quelques lignes qui changent tout pour le MMA :

Les techniques strictement interdites [en compétition] qui entraînent la disqualification immédiate des sportifs sont les suivantes :
– les coups de poings, coups de pieds, coups de coudes et coups de genoux visant un combattant au sol ;
– les coups de coudes (visant n’importe quelle cible et dans toutes les positions) ;
– projeter intentionnellement sur la tête et le cou ;
– projeter, pousser son adversaire hors du ring.

On pourrait croire que ces lignes interdisent également la pratique de la lutte (projection sur la tête), du sanda (projection hors du tatami) ou de la boxe thaï (coups de coudes), mais il n’en est rien puisque le titre de l’arrêté annonce la couleur :
Règles techniques et de sécurité applicables aux manifestations publiques de sports de combat dans les disciplines dans lesquelles la mise hors de combat d’un sportif à la suite d’un coup porté par un adversaire est autorisée (ndlr : combat au KO) et ne faisant pas l’objet d’une délégation à une fédération par le ministre chargé des sports.

Plusieurs disciplines sont ciblées par cet arrêté, n’en déplaise aux fans de MMA qui y voient un ciblage.
En effet plusieurs fédérations non délégataires existent, qui organisent également des combats.

Patrick Vignal réagissait à la sortie de cet arrêté sur l’antenne de RMC Sport TV

Les propositions de la mission parlementaire

Après 6 mois d’enquête donc et près de 170 heures d’audition auprès de plus de 100 personnes invitées ou pas à s’exprimer, les propositions sont les suivantes :

Donner la reconnaissance juridique à la Confédération des arts martiaux et des sports de combat (CFAMSC) pour mener une mission d’observatoire des disciplines émergentes ;

  • La mise en place d’un observatoire au sein de la CFAMSC (échéance janvier 2017) permettra de continuer le travail commun entrepris par la mission parlementaire afin de prolonger l’étude sur le secteur des pratiques MMA ;
  • La CFAMSC est l’organe légitime pour réaliser cette mission d’observation en apportant son expertise auprès du Ministère chargé des sports ;
  • La nomination d’un(e) chef(fe) de projet (janvier 2017), cadre d’Etat, nommé par les Ministres chargés des sports, MM. Patrick Kanner et Thierry Braillard au sein de la CFAMSC, est envisagée ;

Pour en savoir plus sur cette Confédération des arts martiaux et des sports de combat (CFAMSC)

Qu'est-ce que la CFAMSC (Confédération des Arts Martiaux et des Sports de Combat)
Qui adhère à la CFAMSC
Objet de l'association

Les missions de l’observatoire

  1. Renforcer le travail des fédérations existantes sur les disciplines des arts martiaux et des sports de combat déléguées permettant d’encadrer les disciplines pluridisciplinaires en s’assurant de la sécurité du pratiquant et des usagers ;
  2. Toiletter et remettre de la cohérence sur la pluralité des pratiques des sports de combat et des arts martiaux (plus de 200 disciplines) ;
  3. Mettre en place une commission MMA où l’ensemble des acteurs nationaux du MMA seront forces de propositions pour la mission d’observation ;
  4. Préfigurer une ligue professionnelle des sports de combat pluridisciplinaire afin d’organiser et contrôler les galas dans le respect de la législation en vigueur ;
  5. Mobiliser des médias pour une diffusion valorisante des contenus techniques, éducatifs et pédagogiques de la pratique des combats pluridisciplinaires en France.

A la lecture de ce rapport, Cyrille Diabaté (champion du monde dans plusieurs disciplines) s’est exprimé sur les réseaux sociaux :
– le côté positif de ce rapport est qu’il semble, selon lui : objectif, impartial, et même plutôt favorable à une reconnaissance du MMA.
– le côté négatif de ce rapport c’est qu’il sort un mois après l’arrêté du 3 octobre décrit plus haut, interdisant très clairement les compétitions de MMA et ce, sans attendre le résultat de la mission parlementaire.

D’autres réflexions ont été faites par diverses personnalités du monde des arts martiaux, et je ne manquerai pas de vous en faire part.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •