kyudo_art-de-leveil_michel-coquetLe kyudo, art sacré de l’éveil est un ouvrage qui traite du tir à l’arc japonais selon les préceptes du bouddhisme zen, par Michel Coquet aux Editions Chariot d’Or.

« […] dire que le kyudoka n’a pas pour dessein de placer sa flèche au centre de la cible est aussi peu censé que de prétendre qu’un golfeur n’a pas pour objectif de mettre sa balle dans le trou. »

Le Kyûdô, l’art sacré de l’éveil

C’est par cette entrée en matière que Michel Coquet contredit une idée ancrée chez les non pratiquants de Kyûdô qui dit que « toucher la cible importe peu à l’archer ».
Mais mettre dans le mille est une étape qui, avec le temps et la pratique deviendra effectivement moins primordiale. Le kyudoka tendra vers une pratique orientée vers la réalisation de soi.
Cependant, là ou la plupart des ouvrages traitent de la partie technique du tir à l’arc nippon, Michel Coquet se penche avec « Kyûdô, l’art sacré de l’éveil » sur l’attitude intérieure à chaque étape du kata Hassetsu.

« Si l’on retire au kobudô cet élément du bushidô qu’est l’esprit d’humilité, il ne reste rien d’autre que la violence », Otake Risuke, instructeur en chef de l’école de sabre Ienao »

Une partie de l’ouvrage retrace l’histoire de l’arc (au travers de mythes et légendes venus d’Inde) autant dans son utilisation guerrière qu’en tant qu’objet de culte, mais il raconte aussi les légendes de samouraïs célèbres ainsi que de guerres historiques mettant en scène des archers de renoms.

L’auteur nous emporte évidemment avec lui dans son parcours de kyudoka, du Yoga au Kyûdô en passant par le Jûdô ou le bouddhisme zen.

« Un premier dan n’est pas grand chose, mais il signifie que les bases sont acquises. »

Le kata Hassetsu, pierre angulaire du Kyûdô

Vient ensuite une partie ou M. Coquet détaille l’arc (yumi), qu’il soit arme ou objet de méditation : les flèches (ya), la corde (tsuru), le gant (yugake) ou la cible (makiwara).

hassetsu_kyudo

Vous en apprendrez d’avantage également sur les postures et l’enracinement nécessaires à la réalisation du kata « Hassetsu » :
– l’enracinement par le placement des pieds
stabilisation et affermissement de la posture
– l’art du non-agir par le bouddhisme zen
préparation et mise en place de l’arc
élévation de l’arc
– première extension de l’arc
extension complète de l’arc et union
libération de la flèche
vigilance dans la continuité

Michel Coquet aborde également l’aspect compétitif du kyûdô et la contradiction qu’elle peut apporter avec l’envie d’obtenir une récompense.

« C’est un livre dans la pure ligne de Michel avec pleins de conseils utiles à tous les pratiquants d’arts martiaux de toutes disciplines, mais aussi des anecdotes de ses cinq ans au Japon, de 1969 à 74 », Sylvain Guintard

Pour se tourner vers la partie archerie, plus technique, l’auteur vous soumet quelques ouvrages :
Kyûdô de maître Hideharu Onuma, de Dan et Jackie De Prospero
Kyudo : Un tir, une vie de Michel Martin

Contactez à l'adresse mail :