Le karaté-do est une magnifique discipline martiale qui dans l’absolu doit amener les pratiquants à découvrir comment vivre en harmonie avec soi même et avec les autres. Le karaté, impose de travailler sur son égo pour être plus à l’écoute des autres et cultiver l’humilité.

Monter une école (un club) ou créer son propre style de karaté ?

Dans le karaté, tous les maitres on voulu créer leur propre style et leur propre école. Créer une école est une chose normale car à partir d’un certains nombre d’années de pratique, on souhaite transmettre et partager ; ce qui est louable en soi et complètement dans l’idée de la voie.

…cette multiplicité de styles est un frein à l’évolution du karaté

Par contre les professeurs ont toujours voulu créer des styles ; le problème c’est que désormais à une époque moderne où on veux parler d’unité, cette multiplicité de styles est un frein à l’évolution du karaté.
Chaque professeur a créé son style pour créer une méthode d’apprentissage et de combat. La méthode d’apprentissage n’est qu’un outil ; et la méthode de combat est une notion aléatoire.

karate-shotokan
En effet si les gens s’entrainaient les uns avec les autres ils s’enrichiraient et progresseraient mutuellement. Le bon pratiquant doit s’entrainer à rencontrer n’importe qui en combat… et non pas à s’entrainer à combattre des gens qui font la même chose que lui.

Mais ne serait-ce qu’au niveau des compétitions, c’est l’anarchie ! Chacun s’entraine dans une forme de compétition qui correspond à son style… mais personne ne se confronte aux autres écoles ! C’est contraire à l’esprit d’un vrai combattant qui va se tester avec l’inconnu !

De la diversité du karaté

D’autre part actuellement, il y a aussi le problème du morcellement du karaté, en dehors des styles qui sont devenus un frein, car chacun crée son type de compétition, avec ses propres règles, sans se confronter aux autres…
Il y a aussi le morcellement du karaté par lui même, car maintenant il y a ceux qui sont des techniciens car ils ne font que des kata (ils ne touchent pas un caramel en combat, mais ce sont des techniciens !), les compétiteurs (qui ne connaissent plus rien du karaté-do), les spécialistes du karaté jutsu (c’est nouveau), du karaté go shin jutsu, du body karaté, du kata artistique, du karaté contact, etc.
karate, jutsu, kyokushinkai, goju ryu, uechi ryu, wado ryu, kobudo, karate contact, body karate
Je ne sais pas si toutes ces nouveautés sont le fait d’une réelle évolution ou le fait d’un égo démesuré de certains qui veulent devenir les « papes » d’une spécialité.

Quand on pratique le karaté on doit s’entrainer à tout : faire des kihon, du kata, des applications de self défense rapprochée, du combat à distance, etc.

On doit tout travailler ! On ne peut pas dire qu’on est le spécialiste d’une des facettes du karaté !

Moralité plus personne ne s’entraine avec personne. Alors que le kendo et le judo ont réussi à faire une discipline unique avec les même kata pour tout le monde, le karaté cultive le morcellement.

En France, les stages ne réunissent plus personnes… car à chaque fois il y a une raison pour ne pas y aller :
– c’est pas mon style ;
– je fais des kata et c’est un stage combat ;
– je fais de la compétition combat et c’est un stage kata ;
– c’est du karaté jutsu et j’en fais pas ;
– c’est un stage de karaté contact et je fais du traditionnel ;
– etc.

On arrive à des stages annoncés avec force publicité, sur le niveau de l’expert et où il n’y a personne…
Les stages d’experts fédéraux pourtant gratuits ne réunissent parfois qu’une vingtaine de personnes pour un 8ème ou un 9ème dan.

Les grands stages organisés par la fédération sont souvent annulés pour manque de participants

En kendo qui représente à peine quelques milliers de participants en France (NDLR : environ 5000), ils ont deux cents, quatre cents participants…

karate-kyokushinNous on ne rêve plus ! Chacun ayant voulu être le roitelet d’un courant de pratique on a cultivé le manque d’échange et d’envie de s’entrainer avec les autres. on a entrainé les pratiquants, à ne voir que par le petit bout de la lorgnette et à ne plus vouloir travailler le karaté dans son ensemble avec une réelle émulation collective.

On voit le résultat ! Le karaté n’est plus leader !

Pour ma part je suis très critique sur tous ces styles et ces morcellements, qui appauvrissent notre pratique.
Je vois sans cesse des pratiquants qui partent dans d’autres directions. Nos grands Experts n’ont pas su évoluer et s’adapter… Ils veulent toujours être les maitres d’un style ou d’une tendance. Au lieu de pratiquer le karaté en commun, comme ils le disent, ils restent sur leurs acquis et dans leurs chapelles.

Je pratique une école, mais ça aurait pu en être une autre car c’est mon expérience du combat et mes recherches qui conditionnent ma pratique et mes entrainements. Ce n’est pas un pseudo maitre qui aurait pu avoir le premier rôle dans « Hibernatus » qui va m’expliquer comment faire alors qu’il n’a plus fait un combat depuis 20 ans et qu’il a les bras taillés dans des bâtons de sucette, et qui arrive péniblement après un long échauffement à mettre un coup de pied à la hauteur des genoux adverses.

Le combat c’est un art aléatoire ni ne dépend ni d’un style, ni d’une école, mais de la qualité de combattant d’un individu. Or la plupart des experts ne s’entrainent qu’avec eux même…

Redevenir élève ?

Le vrai pratiquant prend des risques. Pour ma part je me suis toujours entrainé avec tout le monde dans à peu près tous les styles. j’ai testé mon travail au feu d’adversaires de tous poils, qui m’ont fait la leçon. En ce moment je m’entraine avec Jean François Bellanger qui a été champion du Monde de Boxe Taï et Vincent Laffon. Je redémarre le Nihon Tai jitsu avec Marc Bertolini… et dès que je peux je vais faire un stage….je mets mon grade et tout le reste de coté, et j’apprends…

Le vrai pratiquant prend des risques.

J’ai mis de coté les maitres japonais et autres ! Seule la pratique compte ! Miyamoto Musashi disait : « Il faut respecter les dieux et Bouddha mais ne rien attendre d’eux » pour ma part c’est pareil avec les maitres car dans la plupart des cas, il n’y a plus que les titres !

J’espère que le karaté va enfin se réveiller et redevenir une référence dans les arts martiaux, ce que nous ne sommes plus pour beaucoup ! Pourtant le karaté à l’ancienne, dur et difficile où on travaillait tout était lui une référence. Il faut y revenir et retravailler solidement à l’ancienne. Chaque entrainement est une épreuve où il faut apprendre à se dépasser, et surtout à ne pas rester dans son coin sur des acquis, qui sont une connaissance morcelée.

Il faut échanger et se confronter.

Rester dans son coin a toujours été le seul moyen de régresser !