• 303
  •  
  •  
  •  
  •  
    303
    Partages

cyrielle-girodias_championne-monde-2015_boxe-francaise-savate_02Détentrice d’un palmarès déjà brillant, Cyrielle Girodias vient de remporter son second titre de championne du monde de boxe Française contre la chinoise Yuan Xuetao en -65kg en Martinique dans un combat de 4 reprises.

En tant que vice championne de France 2012 (-65kg), championne de France 2013 (-60kg) et championne du monde 2013 (-60kg), Cyrielle a franchit toutes les étapes pour gagner sa place au stade du Lamentin pour les championnats du monde 2015 devant le président de la Fédération Française de Boxe Française Joël Dhumez.

Masterfight a voulu en savoir plus sur cette combattante de 28 ans qui bénéficie du dispositif Athlètes SNCF mis en place par la Société Nationale de Chemin de Fer afin de permettre aux sportifs de haut niveau d’avoir un emploi du temps aménagé.

Interview de Cyrielle Girodias, championne du monde 2015 de boxe Française

Masterfight : Le 28 mars vous rencontriez Loriana Huet pour la finale des championnats de France que vous avez remportée. Aviez-vous déjà en vue ces championnats du monde en Martinique ?

Cyrielle Girodias : En fait, on ne peut pas accéder aux championnats du monde sans passer par les championnats de France. C’est un élément motivateur parce qu’on se dit qu’après les France l’aventure continu. C’est un évènement qui permet d’accéder à un autre encore plus important.

En plus les « France » se déroulaient à Coubertin (c’est le cas tous les deux ans pour les séniors), donc ça prenait une autre dimension. Nous combattions au même endroit que les séniors masculins. C’était encore plus fou (public, projecteurs, télévision, etc.) que la précédente finale des championnats de France qui se déroulait dans un lieu moins important, moins mythique.

MF : C’est un problème la différence de médiatisation des féminines ?

CG : Non ce n’est pas un problème. C’est un peu frustrant parce qu’on se demande pourquoi les séniors sont souvent mieux lotis. C’est également le cas quand on sort de France comme pour les championnats du monde 2013 qui se déroulaient en Chine : la médiatisation n’est pas remonté jusqu’en France et c’est dommage.

MF : Qui était votre adversaire pour ce combat final des championnats du monde ?

cyrielle-girodias_championne-monde-2015_boxe-francaise-savate_01CG : C’était Yuan Xuetao, une chinoise qui vient du sanda. Je l’avais déjà rencontré aux « qualif. Monde » et avec mes coachs on a bien analysé comment elle boxait. On voit qu’elle n’a pas les attitudes de la savate. Elle a la garde basse, fait un ou deux coups sans enchaînements. Sa technique n’était pas très variée. Par contre elle est très puissante. Elle a des crochets « marteaux » qui vont du haut vers le bas, je m’en méfiais. Ensuite elle a des chassés très percutants et imprévisibles.

MF : Avez-vous adapté votre stratégie ?

CG : J’ai essayé mais c’est vrai qu’avec le stress et la pression on n’arrive pas forcément à faire ce qu’on veut. Il y avait moins d’enchaînements que ce que j’aurais voulu. Mais les coups qu’on a mis étaient précis, secs et puissants. Autant elle que moi, on savait qu’il ne fallait pas les prendre.

… il fallait que je lui « shoot » la jambe avant

J’avais des consignes comme « travailler en ligne », parce qu’elle avançait tout droit.
On a beaucoup travaillé les poings en direct et les chassés pour la repousser.
Dès qu’elle envoyait la jambe arrière elle la laissait tomber devant sans réarmer, donc il fallait que je lui « shoot » la jambe avant. Je n’ai pas réussit à le faire autant que je l’aurais voulu, parce qu’elle même devait être très consciente de son défaut et elle ramenait sa jambe très vite.

MF : Comment s’est déroulé votre combat ? Vous êtes-vous senti au dessus tout le temps ?

CG : Mon gros défaut, c’est qu’en combat je n’ai aucun recul sur ce que je fais. Quand je rentre dans le coin, à moins que la différence soit vraiment flagrante, je ne sais pas si je suis devant ou pas.
Quand c’est évident je le vois, mais j’ai souvent l’impression d’être dominée. Il y a un fossé entre mes sensations et la réalité de mon combat.

cyrielle-girodias_championne-monde-2015_boxe-francaise-savate_03

MF : Championne du monde 2013, championne du monde 2015… On ne vous arrête plus ?

CG : Si si, on va m’arrêter (rire). Ca fait 20 ans que je fais de la boxe. Ca fait 6, 7 ans que je fais de la compétition et là, au moins pour l’année qui va suivre, je vais mettre le hola. J’ai besoin de retrouver une vie que je n’ai jamais vraiment eu, comme rentrer chez moi et mettre les pieds sous la table basse, sur mon canapé, sans me dire que dans une demi heure je dois être à la boxe.

… partir en vacances sans regarder le calendrier des compétitions

Ca va me faire du bien de pouvoir souffler, partir en vacances sans regarder le calendrier des compétitions. C’est beaucoup de plaisir mais aussi beaucoup de concessions et parfois ça peut être frustrant ! « Si je vais au ski et que je me fais une cheville je ne pourrais pas aller au bout de mon championnat. » Tout est calculé par rapport à la boxe, tout le temps. A une période j’étais en -60kg, c’était encore plus compliqué parce qu’il fallait que je calcule mon poids.
C’est vrai qu’il y a des frustrations, mais quand il y a une victoire à l’arrivée on se dit qu’on a pas fait tout ça pour rien.

MF : Donc les projets dans l’immédiat c’est du repos ?

CG : Du repos oui. Par contre ce sera avec plaisir que je ferais des galas dans l’année si on me les propose, des stages aussi. Ce sera en fonction de mes envies et de ma vie.

MF : Avez-vous des idées pour le développement de la discipline ?

CG : Il y a plusieurs choses comme par exemple la tenue qui est très critiquée. J’ai souvent entendu que ce serait en partie à cause de ça que la discipline ne serait pas autant médiatisée. On a ce qu’on appelle des intégrales. Ca en jetterai un peu plus si on avait des tenues de savate pro par exemple.
Pour les garçons c’est pantalon/torse nu et les filles c’est pantalon/brassière. Rien que ça, que ce soit sur les photos ou même pour le moral des combattants, ce ne serait pas mal.

Sinon, ce serait bien pour les filles qu’on soit comme les garçons à 5x2mn à l’international. Pour une question d’égalité déjà, et puis en France on est déjà à 5x2mn comme les garçons. A l’international ils n’ont pas rééquilibrés. Et puis en fait moi, je suis une diesel je démarre lentement (rire).

En savoir plus sur la boxeuse Cyrielle Girodias

Facebook : Page officielle de Cyrielle Girodias
Wikipedia : Carrière et palmarès de Mme Girodias

Grégory Gothef a rencontré Cyrielle Girodias. La boxeuse nous raconte ses débuts, ses entraînements, ses motivations et son avenir de boxeuse.

Crédits Photos : Armel A., Marc Agnoly


  • 303
  •  
  •  
  •  
  •  
    303
    Partages