•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qu'est-ce qu'une projection ?

(à venir quelques dessins explicatifs)
Une projection comme son nom l'indique sert à projeter. Projeter oui, mais avec une finalité, celle d’amener l’adversaire au sol. On peut donc regrouper dans cette catégorie :

  • Les projections proprement dites (chères au judoka),
  • Les balayages,
  • Les ciseaux.

J'exclu pour des raisons de classement, les projections dûe au conséquence d'un coup (comme la propulsion sur un coup de pied latéral)

Les balayages

Un balayage ne se pratique pas n'importe quand. Plusieurs conditions doivent être réunies:

  1. Vous devez être stable: Cette stabilité doit en fait être présente dans l'ensemble de vos mouvements et en théorie vous l'êtes tout le temps que vos pieds touchent le sol. (à l'heure ou j'écris cet article, je viens de me prendre une belle glissade sur le marbre d'une station de métro…comme quoi)
  2. L'adversaire doit être en déséquilibre: Pour déséquilibrer l'adversaire, le mieux est d'attendre qu'un de ses pieds quitte le sol (pendant un coup de pied par exemple).

Ensuite, si c’est pendant une de ces attaques de pieds, vous devez l'empêcher d'être opérationnel à la fin de sa technique en déviant ses attaques vers son intérieur (vers la droite s'il attaque pied gauche et vice-versa). De cette façon, lorsqu'il pose son pied il vous tourne le dos et vous avez tout votre temps (ne trainez pas, il ne va pas vous attendre, quand même) pour le balayer avec la technique adéquat.

J'ai 3 techniques à vous proposer (je n'ai pas dit qu'elle venaient de moi hein, me faites pas dire ce que je n'ai pas dit) :

  1. Balayage très bas (au sol): Mollet contre mollet. Un de mes défauts récurents étant de ne pas vouloir faire de mal à mon partenaire, j'ai toujours eu tendance à stopper mon élan à l'impact, c'est une erreur car il faut poursuivre votre mouvement après l'impact (c'est logique dans la théorie du mouvement, mais pas si facile à appliquer). Cela peut paraitre paradoxal, mais c'est moins douloureux, autant pour le balayer que pour le balayeur.
  2. Balayage bas (debout): Le balayage se fait ici, avec le dessous du pied (comme au judo). Les mains vont servir à déséquilibrer l'ADV en le tirant dans un sens, et le pied à le balayer dans le sens contraire.
  3. Balayage medium (debout) : Un balayage à ce niveau s'apparente davantage à une projection, tant elle fait se déplacer l'ADV dans l'espace aérien de la salle (alors qu'avec la version précédente, on se contente de supprimer ses appuis). C'est le centre de gravité qui est visé (si si, c'est la hanche…bordel).

Faites l'exercice suivant : prenez un partenaire, faites lui tendre la jambe devant lui, et déplacez le pied qu'il a tendu vers la droite ou la gauche…que se passe-t-il ? Eh bien il bouge la jambe (et facilement en plus, on verra plus loin comment se servir de cette propriété physique), le col du fémur servant de pivot. Il peut la pivoter longtemps avant de devoir tourner sur lui même. Maintenant prenez le même partenaire (vu qu'il a déjà la jambe tendue devant lui), et déplacer sa cuisse. Cette fois-ci, vous allez devoir déplacer sa jambe bien moins loin avant qu'il ne soit obligé de pivoter tout son corps.
Conclusion : Vous pourrez agir sur son centre de gravité avec plus d'efficacité si vous êtes proche de lui.

Les ciseaux

Le problème principal pour une bon ciseau (quelque soit le niveau d'exécution) c'est l'appréhension de quitter le sol…de le voir sous un angle inhabituel. Des exercices simplent permettent de passer outre ce souci, tel que :

  • se mettre en léger écart, poser ses mains au sol et regarder le monde entre ses jambes…la tête en bas quoi !
  • s'allonger par terre et observer l'environnement au "ras du sol"
  • tourner sur soi très lentement (assis sur une chaise de bureau par exemple) et tenter de situer les objets qui ne sont pas dans son champ de vision

Une fois la peur du sol derrière soi, on peut voir plusieures phases dans la technique du ciseau:

  1. Dégagement de l'attaque de préférence en génant l'ADV (et c’est là qu’intervient le système de pivot vu plus haut. En donnant un coup puissant pour écarter la jambe adverse, ce dernier se retrouvera de dos)
  2. Décollage (Allô Houston, on a un problème…) et mise en place du processus de chute avec : le placement des jambes autour de l'ADV (ou de sa tête, ou de ses jambes), la torsion du corps afin d'obtenir le ressort nécessaire au ciseau (tout ca en l'air)
  3. Sa chute et votre réception (aussi importante l'une que l'autre, vu que vous devriez rester en état de combattre au cas ou l'ADV se relèverai)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •