•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lorsque l’on est débutant on est maladroit, c'est pourquoi si vous êtes dans ce cas, vous devez garder les poings fermés. Ouverts, vous risqueriez de vous accrocher les doigts, le pouce plus probablement, dans les vétements de l'adversaire et de vous les retourner (aïe). S'ensuivrai une douleur, sans parler d’une incapacité à vous entrainer.
Fermer les poings ne veut pas dire les crisper, et ils peuvent être utiles même détendus.

Distance

Les techniques de poings (terme restrictif que j'aurais dû nommer techniques des membres supérieurs) efficacent s'exécutent, paradoxalement, mains ouvertes (à haut niveau). Parce qu'avec la main ouverte, le nombre d'armes utilisables augmentent (pics de doigts, des phalanges, paume, etc…) et la distance, nous séparant de l'adversaire, diminue (on a forcement une allonge plus importante si les doigts ne sont pas repliés sur la paume).
Afin de diminuer encore la distance, on préférera avancer notre côté directeur (gauche pour les gauchers, droit pour les droitiers ou l'inverse pour les feintes) et ainsi mettre une main en avant pour se protéger ou attaquer plus promptement.

Frappes

Il y a, à mon avis, 3 facons de frapper :

  1. La frappe lourde, pour enfoncer
    Il faudra lancer le mouvement avec la hanche (amplitude du mouvement qui fera suivre l'épaule, etc…). Efficace au maximum, mais téléphoné. Soyez sur que l'adversaire est sois trop lourd soit trop occuper à retrouver ses esprit pour esquiver.
  2. La frappe sèche, pour choquer
    On minimisera l'implication de la hanche pour gagner en vitesse, donc augmenter l'effet surprise (jab).

  3. La double frappe, excessivement difficle à réaliser.
    Nous jouons dans ce cas là avec la physiologie du corps humain, tout comme l'infirmière qui va vous piquer les fesses. Elle tape d'abord la fesse avec la main pour que vous contractiez le muscle ensuite, pensant que la piqûre a été faites, vous vous détendez et vlan…elle pique.
    A l'instar de cette techniique, nous donnerons une frappe sèche pour que l’ADV, en tout cas son corps, pense que le coup a été bloqué. Ainsi, juste après la permière frappe le muscle tendu que l'adversaire nous oppose se détend, sa défense s'affaisse (sa fesse ? décidement), puis dans la fraction de seconde qui suit, on enchainera une frappe lourde ou sèche, suivant l'effet désiré afin de frabchir définitivement les défenses de son corps.

Coudes

Les techniques de coude sont des techniques de corps à corps par excellence. Le coude étant une articulation épaisse, c’est aussi un des plus dévastateur avec celle des genoux. Elles sont efficacent oui mais, à mon avis, visibles de loin (la distance à parcourir est plus grande qu'avec la main), à moins d'être exécutée très prêt de lui ou de les masquées.
On peut aussi maintenir l'adversaire pour frapper avec l’autre main.
On peut utiliser les coudes dans tous les sens grâce à l’articulation de l’épaule qui les rends très mobiles :

  • Remontant vers le menton
  • En crochet vers les tempes
  • Tombant vers la cuisses, la clavicule ou le sommet du crâne

Doigts

Les pics de doigts sont très difficile à réaliser, car ils demandent une préparation très longue. On les utiliseras de préférence aux points vitaux, c'est à dire dans les endroits mal protéger du corps humain: plexus, yeux, tempe, etc.

Il est plus facile de mettre son poids de corps derrière une technique de jambes que derrière une techniques de poings. Parce que le poids du corps est véhiculé par le centre de gravité situé dans la hanche.

  • C'est pour cette raison que, dans un uppercut, on vous demande de garder le coude près du corps, donc près de la hanche. Ainsi il s'appui sur celle-ci et vous gagnez en puissance.
  • Le poignet est fragile. Afin de préserver cette articulation et transmettre, par la même, toute la puissance développée, on rigidifiera sa structure. Le poignet, devra donc être aligner avec l'avant bras (dans la plupart des coup de poings).
  • La main, mise en avant dans la garde, peut servir de masquage à une autre technique en la propulsant au visage de votre adversaire.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •