•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce n'est pas une personne comme les autres… mais il n’est finalement rien d’autre qu’un homme.

Bien sûr, c'est d'abord un être humain, avec ses qualités et ses défauts, mais c'est aussi le gardien de techniques (ancestrales ou non), qui vont vous permettre de n'être plus une victime ou un témoin, mais un acteur ou une actrice à part entière, des situations difficiles de votre vie, que cela soit en combat de rue ou en entretien d'embauche.

Comment devient-on professeur ?

D'abord en acquérant des techniques, l'histoire de votre art (qu'il s'agisse du karaté-do ou de la boxe-thaï) et au contact de votre propre enseignant, vous apprendrez aussi les rudiments de la pédagogie sans laquelle on ne transmet rien d'autres que des blessures.

Vous serez assaillis de doute quant à vos capacités ou à vos acquis techniques, tandis que vous essaierez pour la dixième fois d'expliquer au dernier adhérent arrivé pourquoi le low kick se fait comme-ci et pas comme-ça.

"Mais non !! Si tu fais comme-ça, enfin tu vois, je veux dire, ça fait pas pareil…"

Bref, tout un programme !

Etre professeur, c'est prendre du temps pour enseigner convenablement à chaque élève.

C'est prendre du temps pour accompagner ses élèves en démonstrations, en compétitions, aux passages de grades nationaux, aux stages régionaux, nationaux ou internationaux.

C'est prendre du temps pour continuer à s'entrainer soi-même, et avoir ainsi de la matière à transmettre à ses élèves.

Si je gagne un combat contre mon professeur, est-ce qu'il n'a plus rien à m'apprendre ?

Ce serait réduire votre art et votre professeur à bien peu de chose. Les circonstances d'une victoire sont si variables d'une journée sur l'autre, que  vous êtes peut-être tombés une journée ou il était plus faible que d'habitude, ou vous étiez plus performant. Vous venez peut-être aussi de découvrir que votre professeur était un charlatan… à vous de voir !


  •  
  •  
  •  
  •  
  •