• 65
  •  
  •  
  •  
  •  
    65
    Partages

gendal-ramon_portraitArticle rédigé par Caroline de Fréminville, de l’Aikikai du Rhône.
 
Au-delà des techniques et des chutes, l’aikido offre plus encore : un art martial ; un art de vivre.
La conférence qui s’est tenue le 14 janvier et qui était organisée par l’Aikikai du Rhône, été axée sur l’expérience de Gendal Ramon ; comment l’aikido lui a permis de devenir : Plus fort, Plus beau, Plus intelligent.

Gendal Ramon, 29 ans, a commencé l’aikido à l’âge de 7 ans. Rapidement, le jeune aikidoka s’est pris de passion pour cet art martial souple, dynamique et complexe. Après plus de 20 années de pratique, Gendal est aujourd’hui 3ème dan et enseigne l’aikido à la MJC de Villeurbanne (près de Lyon) pour les enfants (de 7 à 10 ans).

Retrouvez la totalité de la conférence en vidéo en bas de cette article.

Aux origines de l’aikido

L’aikido est un art martial japonais fondé au début du XXème siècle par Morihei Ueshib. Si l’aikido paraît être un art martial récent, il puise néanmoins ses sources dans des disciplines beaucoup plus anciennes comme l’aikijutsu. L’aikijutsu, alors « aiki in yo ho » (« aiki » signifiant « l’union des énergies » et « in-yo » représentant le ying et le yang) était fortement empreint du principe fondamental de l’unicité ainsi que de techniques de combat (jutsu) plus ou moins secrètes.

Au XVIème siècle, l’aikijutsu se scinde en deux Koryu (écoles anciennes) ; la Takeda Ryu et la Daito Ryu.
Sokaku Takeda Senseï, maître de la Daito Ryu, enseigne alors son art à Morihei Ueshiba, futur fondateur de l’aikido. Ueshiba, ayant acquis un certain niveau en aikijutsu, intègre à l’art martial des valeurs shintoïstes (amour, harmonie, union) et crée ainsi l’aikido.

La conférence

Ces notions d’amour, d’harmonie, et d’union font de cet art martial, un art de paix, où l’on cherche l’élévation de soi et non la démonstration de force. C’est pourquoi, l’aikido se caractérise par la non-violence et l’absence de compétition et de confrontation directe.

« L’aikido c’est le partage de valeurs plus qu’un simple art martial. »

L’aikido évince l’approche sportive :
– Comptage de points
– Notion de gagnants et de perdants
– Recherche du KO

Derrière les techniques guerrières se cache un message d’amour et de paix qui fait que l’on peut prétendre à devenir plus fort, plus beau et plus intelligent !
Faire de l’aikido pour être fort

En aikido, être fort ne signifie pas avoir des muscles très développés, mais consiste à fortifier le corps et l’esprit, et à les unir. Sur le plan physique, un cours d’aikido sollicite le corps : déplacements, chutes, techniques. Le travail doit être souple et sans tensions, ce qui implique également une fluidité de l’esprit.

« Il faut apprendre à être plus fort et pas le plus fort »

gendal-ramon_arme

Derrière la notion de force, il y a l’idée d’écoute de soi-même : prendre conscience de ses limites et chercher à les dépasser. Dans l’aikido, comme dans d’autres arts martiaux, se trouve la nécessité de développer une détermination mentale, une volonté suffisamment forte pour prendre l’ascendant sur son adversaire. Néanmoins, être déterminé ne signifie pas avoir la rage, mais passe au contraire par un état de calme. Mettre de l’intention dans son travail, l’intention de vaincre par exemple, ne doit pas être synonyme de destruction ou de domination. Il s’agit de maîtriser son partenaire et non de le briser. Maîtriser c’est savoir se canaliser, et savoir se canaliser, c’est d’une certaine manière, savoir se dépasser.

« Faire de l’aikido pour être beau »

La beauté provient de la relation que l’on va avoir avec soi-même, les autres et son environnement. Cette harmonie est liée à la notion de beauté. Dans le shintoïsme, on considère que quelque chose de beau est quelque chose d’harmonieux. Pour être en harmonie avec son partenaire, il faut travailler décontracté.
« Avoir un corps décontracté c’est avoir un esprit décontracté »

Pour maîtriser son adversaire sans faire appel à la force musculaire, il faut rester centré sur lui, uni avec lui. Si on se décentre, c’est la force musculaire qui entre en compte et c’est le plus fort qui gagne. L’idée est d’aller au-delà du simple rapport de force. Donc le plus important en aikido est de rester centré par rapport à son adversaire et droit face à lui. Cette posture droite (shisei) permet, entre autre, la circulation de l’énergie.

Cette harmonie avec soi-même et son partenaire, permet de se sublimer, c’est en cela que l’on peut parler de beauté. L’harmonie se fait à l’intérieur de soi, mais également dans l’échange. C’est pourquoi l’aikido se pratique généralement à deux. Ce travail s’apprend sur le tatami et doit rayonner de l’extérieur.

Faire de l’aikido pour être intelligent

En aikido, être intelligent, c’est accroître sa disponibilité d’esprit qui va permettre de prendre en compte tous les paramètres environnants. Si on se focalise sur un élément particulier, on bloque son esprit. Il faut au contraire rester ouvert et disponible pour conserver une vision d’ensemble, ce qui va induire un lâché prise. Par exemple, si l’on se fait agresser par un homme armé, le plus dangereux, ce n’est pas le couteau mais bien la personne qui l’utilise. La focalisation sur le couteau risque l’exposition à la peur, voire à l’échec.

L’ouverture d’esprit permet l’anticipation de toute attaque. Sur un tatami, ce sont ces éléments-là qui sont étudiés au travers de la simple exécution d’une technique.
Être intelligent, c’est également établir des stratégies martiales. L’idée est de minimiser l’effort. Les techniques d’aikido visent des points précis ne demandant ni une dépense énergétique extrême, ni une force musculaire ultra développée. L’aikidoka va donc agir sur les articulations, faiblesses communes à tous quel que soit notre condition physique. L’intelligence se situe dans la recherche d’une forme d’efficience tout en économisant ses efforts.

Conclusion

Toutes ces explications prennent réellement sens dans la pratique. Pour bien assimiler les notions d’harmonie, de paix et de combat non-violent, il faut ressentir et essayer l’aïkido. Ainsi, vous l’aurez compris, pour être fort, beau et intelligent, faites de l’aikido !



  • 65
  •  
  •  
  •  
  •  
    65
    Partages