• 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage

6ème coupe du monde francophone de taekwondo
Photos Masterfight
C’était ma première compétition de taekwondo (ce qui me valu de révéler le parfait novice que je suis : « Excusez moi, pourquoi avez vous des tapis bleus au lieu de tatamis ? » – Arrêtez de rire, je vous vois.).

Pour cette première j’ai pu assisté à une compétition high-tech, puisqu’il y avait une caméra sur chacune des deux aires de combat, pilotée à distance grâce à un joystick sur la table des juges. Un récapitulatif des points se faisait sur un écran plat trônant sur cette même table. Ecran réagissant d’une part, aux impulsions des combattants grâce aux plastrons électroniques et d’autres part aux injonctions des juges de coins sur leur boitier de commandes. Dû à ces matériels, divers câbles d’alimentations couraient sous les tapis, bleus et typiques des compétitions de taekwondo (maintenant je suis au courant).

Voici la vidéo d’un combat complet (sur une musique d’Elysis)
[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=cheeICicSt4[/youtube] Si vous connaissez les adversaires, merci de me le faire savoir, je suis sur que ça leur fera plaisir d’être cités.

L’ambiance

Les délégations étaient nombreuses (21 pays) et les costumes des représentants officiels fleurissaient un peu partout sur les bancs, parmi les appareils photos, camescopes et drapeaux.
Beaucoup de photographes mitraillaient l’évènement et si l’importance de leur journal devait être mesurée à la taille de leurs objectifs, il devait y avoir des journaux de renommée interplanétaire.

L’ambiance cela dit était bonne (cela s’entendait grâce aux encouragement chantés des supporters de l’équipe du Niger) et pour aider, des enfants brandissaient les noms et drapeaux des 2 pays compétiteurs présents sur l’aire de combat.

La technologie

6ème coupe du monde francophone de taekwondo
Photos Masterfight
Je vais profiter de ce petit compte rendu pour poser une question :
Est-il bon que la technologie soit aussi proche et aussi intégrée au combat ?
Si la partie « caméra pilotée » me semble plutôt bonne puisqu’elle a permis de résoudre quelques contestations d’arbitrage, la question des plastrons me semble plus épineuse puisqu’on pu assister à une panne de plastron (une c’est pas la mort me direz-vous). Mais comme elle ne fut pas remarquée tout de suite, les points que marquait l’adversaire du porteur, ne furent pas comptabilisé, ce qui mis la puce à l’oreille du coach… et bloqua le match pendant plus de 5mn, laissant les combattants se refroidir. Le côté épineux est celui-ci : combien de points n’ont pas été comptabilisés par défaut temporaire de fonctionnement ?
A contrario, combien de points ont été injustement comptabilisés ?

Ces plastrons posent un autre problème, celle de la stratégie des compétiteurs. En effet, afin de gérer son combat au mieux en terme de points et d’endurance, les adversaires regardent trop fréquemment la table des juges (c’est vrai même dans des compétitions « non électroniques »). Avec l’arrivée de ces plastrons « miracles, j’ai pu observé d’autres dérives tactiques. La principale consiste à protéger son plastron (au lieu de se protéger soi-même). Soit en mettant ses bras devant, soit en le collant à celui de l’adversaire (cf vidéo ci-dessus), empêchant ainsi les frappes frontales et la comptabilisation des points.

Et si on imposait des plastrons de ce type aux guerriers de l’UFC… nan je déconne.

En attendant, les 21 pays participants ont raflés quelques médailles, dont le Mali : trois médailles d’or et trois de bronze.
Retrouvez tous les résultats sur le site de la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées

Plus de photos sur le site de la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (photos de Stéphane Chaing), sur le site Taekwnodo Centre et sur le Picasa Masterfight

Source : l’Essor


  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage