•  
  •  
  •  
  •  

Dans le Sport Buzz du 22 septembre 2011, Jean-Luc Rougé président de la Fédération Française de Judo faisait part au journal l’Equipe de la nouvelle mission que lui avait confié madame la ministre des sports Chantal Jouanno.

Je vous laisse avec cette interview d’1 minute 50, on réagit juste après !

Bon, vous êtes bien chaud là ? Alors on va commencer par vous mettre à l’aise : et s’il avait raison ?
Dans cet article, je vais vous montrer les deux côtés de la médaille, le côté Jedi et le côté Force Obscure… à vous de reconnaître quel avis est de quel côté !

Côté Pile

Les sports de combat doivent respecter des règles
1- intégrité physique
2- ne pas mettre les gens dans des situations dégradantes (pas de cage par exemple)
3- ne pas frapper quelqu’un qui est au sol, parce qu’il ne peut pas se défendre
4- toujours laisser une porte de sortie à son adversaire

1- quand on voit le visage ensanglanté des gens à la fin des combats, on sait qu’ils n’en sortiront pas indemnes
2- on enferme les gens dans une cage à l’instar des chiens ou des coqs, c’est une image dégradante
3- au même titre que frapper dans le dos, frapper une personne au sol est un acte des plus violent et signe d’une grande lâcheté.
4- Contrairement à un ring ou un tatami, une cage ne laisse aucune échappatoire. Le combat ou la honte.

Le sport, ce n’est pas la guerre
Dans le sport, on doit pouvoir se serrer la main et aller boire une bière à la fin du combat en toute fraternité

Quand on voit le visage fermés des gens qui se font face pendant la pesée, on les sent menaçant, parfois même déjà violent… prêt à tout, comme à la guerre.

J’ai l’impression que ces nouvelles disciplines sont sorties des jeux vidéos
On a tout permis parce que c’était des gens virtuels et on s’est dit : « si on mettait des vrais ».

Les jeux vidéos de combat existent depuis longtemps, mais aucun avec la liberté de mouvement qu’on leur connais aujourd’hui… on peut tout faire sans notion d’interdit.

On trouvera bien des gens assez stupides pour essayer de se massacrer devant tous le monde ! Si on les paient bien peut-être qu’ils vont accepter.
Il ne faut pas profiter de la pauvreté des gens et de leur envie de manger.

Il faut être complètement stupide pour accepter d’être enfermé dans une cage avec une personne qui vous veux du mal, et qui le fera pour de l’argent, la faim dans les yeux.

Nous avons la chance d’avoir une ministre qui est issue des arts martiaux, issu du karate.

Madame Jouanno sait forcément de quoi elle parle. Pratiquante et championne de karate, c’est une experte en combat et elle connait les ficelles du milieu.

Et donc elle m’a chargé de préparer un dossier, pas pour interdire tel sport ou tel sport, mais pour dire :
– telle règles est autorisée
– ça c’est interdit

Les organisateurs qui proposent des combats doivent être encadrés et accompagnés car ils n’ont pas le recul et l’expérience nécessaire pour juger du bien fondé des règles sous lesquelles ils permettent aux gens de s’affronter.

Ce sera une directive qui sera donnée aux préfets afin qu’ils vérifient qu’il y a un groupe d’experts qui vérifient que les disciplines correspondent à un sport… citoyen on pourrait dire,un sport éducatif.
Et à partir de ce moment là, il sera autorisé quel qu’il soit.

Des arrêtés préfectoraux seront rédigés afin que chaque préfet puissent faire appliquer ces directives et sauvegarder la citoyenneté et l’éducation.

Côté Face

Les sports de combat doivent respecter des règles
1- intégrité physique
2- ne pas mettre les gens dans des situations dégradantes (pas de cage par exemple)
3- ne pas frapper quelqu’un qui est au sol, parce qu’il ne peut pas se défendre
4- toujours laisser une porte de sortie à son adversaire

1- Qui ne connais pas un judoka qui n’ai des problèmes de dos, de genoux ou de hanches ?

Le sport, ce n’est pas la guerre
Dans le sport, on doit pouvoir se serrer la main et aller boire une bière à la fin du combat en toute fraternité.

Ce n’est pas comme si la quasi totalité des combats se terminaient par une accolade et le soutien du perdant par le vainqueur. De la compassion et de la solidarité.

J’ai l’impression que ces nouvelles disciplines sont sorties des jeux vidéos.

Nouvelles disciplines ? le Wu-shu, le viet vo dao, le sambo et j’en passe sont depuis longtemps des disciplines qui auraient pu se nommer Arts Martiaux Mixtes. Ils n’ont pas attendus les frères Gracie pour inventer le contact… Le Vale Tudo, le Pancrace, ça vous parle ?

On a tout permis parce que c’était des gens virtuels et on s’est dit : « si on mettait des vrais »

Les compétitions d’arts martiaux ont été inventés après la sortie de Karate Champ sur borne d’arcade, tous les historiens des arts martiaux savent ça !

On trouvera bien des gens assez stupides pour essayer de se massacrer devant tous le monde. Si on les paient bien peut-être qu’ils vont accepter. Il ne faut pas profiter de la pauvreté des gens et de leur envie de manger.

Les combattants sont des gens stupides qui ne se battent QUE parce qu’ils sont payés ou parce qu’ils ont faim, les organisateurs étant des gens aussi sans scrupules que les laboratoires qui vont tester les médicaments sur la population africaine.

Nous avons la chance d’avoir une ministre qui est issue des arts martiaux, issu du karate.

Madame Jouanno était certes de nombreuses fois championnes de France en karate mais dans la spécialité « kata » et non combat. Elle n’a donc pas d’expérience dans le domaine, et ne me semble pas avoir le recul nécessaire pour juger du bien fondée de l’existence de disciplines liées justement au combat.

Et donc elle m’a chargé de préparer un dossier, pas pour interdire tel sport ou tel sport, mais pour dire :
– telle règles est autorisée
– ça c’est interdit

En gros : »vous vous conformerez à MA vision ou n’obtiendrez pas les autorisations nécessaires à votre développement. »

Ce sera une directive qui sera donnée aux prefets afin qu’ils vérifient qu’il y a un groupe d’experts qui vérifient que les disciplines correspondent à un sport… citoyen on pourrait dire,un sport éducatif.
Et à partir de ce moment là, il sera autorisé quel qu’il soit.

– Le football peut-il être considéré comme un sport éducatif quand ces pratiquants parfois très jeunes ont comme exemples des stars qui défient l’autorité ?
– Le cyclisme est-il un sport citoyen ? Lui qui croule sous les soupçons de dopage et de tricherie en tout genre depuis des décennies ?

Il existe de nombreuses associations s’appuyant sur le combat pour éduquer, les jeunes et les moins jeunes, véhiculant des valeurs comme :
– La politesse, c’est le respect d’autrui
– Le courage, c’est faire ce qui est juste
– La sincérité, c’est s’exprimer sans déguiser sa pensée
– L’honneur, c’est être fidèle à la parole donnée
– La modestie, c’est parler de soi-même sans orgueil
– Le respect, sans respect aucune confiance ne peut naître
– Le contrôle de soi, c’est savoir taire sa colère
– L’amitié, c’est le plus pur et le plus fort des sentiments humains.

Des valeurs qui s’effacent devant le poids des responsabilités et laissent place à de la… politique ?
« Faites ce que je dis, pas ce que je fais » est un triste exemple.

Réactions de Bertrand Amoussou

A la vue de cette vidéo, M. Bertrand Amoussou, président de la CNMMA réagissait sur Facebook hier :

En ce qui concerne la cage, M. Amoussou rétorque :

Ne vous en déplaise, mais ce que vous appeler la cage est la surface de combat la plus sécurisé pour les combattants de MMA.

et détail ces arguments :

Le ring (surélevé de plus d’un mètre en compétition) justement est adapté aux sports dits de contact avec absence de saisie et de projection au sol.
Certains organisateurs d’événement[…]sont donc obligés[…]dans un soucis de prévention de l’intégrité physique des pratiquants d’utilisé un espace complètement fermé que vous appeler avec mépris « Cage »

[…]je me promenais cet été aux abords de Paris Plage ou des trampolines étaient disposés à l’usage des enfants. Ces trampolines étaient entourés d’une toile en forme de grillage et le tout ressemblait étrangement à une « Cage ». A ma connaissance, personne ne s’en est offusqué et aucun parent n’est allé se plaindre à la Mairie de parie pour la situation dégradante dans laquelle les enfants étaient mis.

Bertrand Amoussou fait également référence à une étude qui dit ceci :

Pendant les 635 matchs de MMA professionnels, 300 sur 1270 athlètes ont subi des blessures documentées avec un taux de blessures de 23,6 pour 100 participations aux combats. La plupart des blessures communes rapportés étaient des lacérations et des blessures aux membres supérieurs. Le taux de commotions cérébrales sévères était de 15,4 pour 1 000 athlètes exposés, ou 3% de tous les matchs. Aucun décès ou blessures critiques sportives ne résultaient de l’un des matchs réglementées pendant la période d’étude. L’âge, le poids, et l’expérience du combat n’ont pas statistiquement augmenter la probabilité de blessures après contrôle des autres variables.

Retrouvez l’ensemble de la réaction du président de la CNMMA sur le site Ikusa


  •  
  •  
  •  
  •