Compétition de kata fémininLa revue internationale Sens Publique fît paraitre il y a quelques années (2006), un article fort intéressant sur le kata japonais. Cette gestuelle permettant à un professeur d’arts martiaux de transmettre son savoir, sa technique à ses élèves.

Cette article intitulé en entier Arts martiaux japonais et niveaux d’apprentissage batesoniens, met en lumière une approche de l’apprentissage des kata qui, personnellement m’avait échappée : l’apprentissage du kata, son enseignement, le « j’apprends le kata », et aussi important que la finalité du « je connais le kata ».

« Dis papa, ça sert à quoi un kata ?  » pourrait donner cette réponse : « La Voie est le but. »

Extrait

Dans les arts martiaux, le développement de modes de pratiques différenciés […] et leur éventuelle conjonction à l’intérieur d’exercices complexes pratiqués jusqu’à et au-delà des limites physiques « rationnelles » amènent à découvrir le rôle que jouent les perceptions kinésiques […] dans le contrôle de l’action et à en gagner la maîtrise.

A mesure qu’au fil des années, le pratiquant déplace le contrôle de son schéma corporel sur ce niveau puis l’intègre définitivement […], il opère graduellement ce « recentrement » de l’attention vers le processus même de l’apprentissage. Il libère du même coup le corps de l’excès de concentration et du stress que lui impose le surinvestissement initial dans chaque situation d’apprentissage 1.

Le sujet devient à même, non seulement d’augmenter sa capacité d’apprentissage, au point de pouvoir intégrer pleinement toute nouvelle technique par la simple observation d’une seule démonstration, mais il en arrive à ne plus avoir à ce soucier de maîtriser les « techniques » à mettre en oeuvre. Il se « contente simplement » alors de générer, de « projeter » et de réguler correctement son ressenti de la situation d’interaction tout en laissant son corps réagir de manière appropriée aux stimuli qu’elle contient.

Pour mieux appréhender l’article il faut se placer dans le contexte de celui-ci. C’est une étude qui essaie de répondre entre autre, à la question « pourquoi apprendre par le kata ? ». Question difficile abordée par le biais de la réflexion sur la méthode d’apprentissage. C’est à ce titre que Grégory Bateson (Wikipedia ou Le Village Systémique), anthropologue, psychologue et épistémologue est cité comme référence.

Sens Publique est une revue internationale qui offre un espace d’échange et de confrontation interdisciplinaires, dans une perspective cosmopolitique. Elle couvre de nombreux champs de réflexion (esthétique, éthique, histoire, pensée politique, philosophie, sciences, sociologie…) en accueillant à la fois des articles critiques, des créations en multimédia, littérature et poésie.

Sur le thème de la transmission d’un art martial, vous pourrez lire aussi l’interview de Kuroda Senseï sur Tsubaki Journal.

Je veux que la transmission soit inaltérée. Parce que le but est que les élèves arrivent à copier exactement ce que je fais.


(Publié sur www.masterfight.net.)