•  
  •  
  •  
  •  

UFC Night Fght, sur RTL9Il fallait que je le fasse un jour, pour voir, pour l’exercice, c’est fait.
Je vais tacher de vous retranscrire ce que j’ai vu, de mon canapé, durant l’UFC « Fight Night 17 » du 07 février, retransmis le 11 sur RTL9.

Vous trouverez un dossier sur les rencontres du soir sur Spike.com

A noter un Jess Liaudin en excellent commentateur « Guest Star ». Il m’a permis de mieux comprendre les techniques utilisées et l’état d’esprit des combattants en pleine action. Merci à lui. J’en reparle dans mon prochain article.

Au cours de ces interventions, on apprend (pour ma part en tout cas) que l’organisation de l’UFC interdit les combats pendant 45 jours, à un combattant ayant été mis KO. On apprend également qu’avant de combattre, les adversaires subissent une batterie de tests pour dépister les dopages potentiels.

Luigi Fioraventi contre Anthony Jonhson

Luigi FioraventiLe premier match diffusé opposait Luigi Fioravanti à Anthony jonhson.
Avec l’allonge de Johnson, Fioraventi a du mal à entrer en contact avec son adversaire, mais c’est le premier à tenter le corps à corps.
Sa petite taille pose quelques soucis à Johnson qui brasse du vent en lancant ses coups sur Fioraventi, pendant que ce dernier avance sous sa garde, dangereusement.
Les clinchs de Fioraventi restent infructueux à cause de la maîtrise et du gabarit de Jonhson. Celui-ci en profite pour amener quelques high kick qui finissent par déstabiliser Fioraventi.
Johnson finit par toucher Fioraventi au poing, sonnant partiellement Fioraventi, ce qui laisse à Jonhson tout le loisir de le finir.

Anthony Johnson vainqueur par TKO.

A noter : Bel esprit entre les deux combattants. Même si à cause de la différence de taille, Johnson prend 2 coups dans les parties (il est plus grand que Fioraventi), ils se tapent les gants juste après, l’un pour s’excuser, l’autre pour signifier à son adversaire qu’il ne lui en veut pas. Magnifique.

Josh Neer contre Mac Danzig

Josh NeerMac DanzigJosh Neer est mis en difficulté par Mac Danzing, très rapide qui se sort bien des clinchs de Neer. Malheureusement une fois au sol, c’est Neer qui prend l’avantage et joue avec Danzig, lui roulant dessus parfois pour trouver des ouvertures. Il ne finalise pas la première fois et Danzing en profite pour passer au dessus sans pouvoir faire mieux. Lors d’un échange c’est à nouveau Neer qui prend l’avantage et termine le combat par un triangle, laissant son adversaire s’étouffer entre ses jambes.

Josh Neer vainqueur par Soumission.

A noter : Josh Neer, contrairement aux combattants précédents, ne tendra pas ses gants à Danzig, après lui avoir mis un coup non réglementaire… c’est un manque d’esprit tout à fait dommageable, d’autant qu’il est suffisamment bon pour ne pas être obligé de « jouer » les méchants.

Cain Velasquez contre Denis Stojnic

Cain VelasquezCain Velasquez impose son rythme à Denis Stojnic (dont c’est le premier combat à l’UFC) dès les premières secondes, et affirme par ses accélérations que dans l’octogone, c’est lui le patron.
Velasquez domine en pieds poings, debout, mais se trouve contré dès qu’il tente d’en venir aux contrôle (le sambo de Stojnic annule toutes les tentatives de Velasquez).
Stojnic prend une droite qui le fait vaciller, a du mal à reprendre ses esprits mais Velasquez n’en profite pas suffisamment.
Dans le second round, Stojnic est amené au sol mais sa maîtrise de la lutte soviétique et son immense capacité à encaisser ne lui permettent que de se défendre contre un Velasquez incapable d’autres choses que de faire un travail de sape… inefficace, lui aussi.
La pluie de coups de coudes et de coups de poings ne lui permettront pas de prendre un avantage suffisant sur Stojnic, très résistant, mais incapable lui aussi, de retourner la situation.

Cain Velasquez vainqueur par TKO, alors qu’au final, aucun des deux ne semblent ni blessés, ni essouflés (on touche ici du doigt les limites des règles de l’UFC, puisque personne ne faisant le spectacle, le match est arrêté par un arbitre nonchalant, et prend une décision « aux points »).

A Noter : Entre le 1er et le 2ème round, on peut voir un Denis Stojnic dépité. J’hésite à interpréter son hochement de tête par un :
« J’y arriverai pas », « ce type est fou », ou encore « qu’est-ce que je suis venu faire ici ».

Matt Grice contre Matt Veach

Matt Veach, malgré l’imposition de son rythme (auncune défaite à l’UFC) subit un triangle de bras dont il se désengage proprement. Matt Grice au cours d’un clinch, glisse un gauche qui met Veach en difficulté. Grice en profite pour tenter de garder l’avantage en augmentant la pression sur Veach qui se reprend de façon spectaculaire, malgré l’avalanche de coups qui en aurait désorienté plus d’un. Les deux adversaires sont très fatigués mais c’est Veach qui d’un crochet du droit, vient percuter la mâchoire de Grice qui tombe, KO.

Vainqueur Matt Veach par KO

A Noter : Étonnante décision quand on a pu voir qu’auparavant dans le combat, Grice met Veach au tapis, mais à qui on laisse les quelques secondes nécessaires pour se reprendre, ce qui ne fut pas le cas dans la dernière action.

Joe Lauzon contre Jeremy Stephens

Démarrage explosif de Joe Lauzon avec une tentative de contrôle au sol (dans les 10 secondes comme il l’avait annoncé dans l’interview d’avant match). Les deux adversaires sont frais et se remettent rapidement debout sous l’impulsion de Jeremy Stephens. Lauzon passe du combat debout à une tentative de clé de jambe en une fraction de seconde, déjouée malgré tout par Stephens. Lauzon domine au sol mais se prends une rafale de coups de poings dès que Stephens en a l’occasion.
Dans le second round, Lauzon ramène rapidement le combat au sol.
Les combattants sont d’un niveau presque équivalent et ils prennent le contrôle chacun leur tour sans pouvoir finaliser. C’est malgré tout Lauzon qui mène la danse et appliquera plusieurs soumissions dont Stephens se dégagera, jusqu’au moment ou, assis sur son adversaire, c’est Lauzon qui placera une clé de bras magnifiquement réalisée.

Vainqueur Joe Lauzon par soumission

A Noter : C’est le match que j’ai préféré à cause de la technique utilisée par les deux combattants. Un regal.


  •  
  •  
  •  
  •