•  
  •  
  •  
  •  

Gilbert Thuliez, organisateur de l'Open International de WasquehalL’Open International de Karate, c’était aujourd’hui, à Wasquehal et c’était bien.

Je tiens d’abord à remercier M. Thulliez (5ème dan) et toute la « team Wasquehal » pour leur accueil. En effet, il m’a été délivré très rapidement un badge presse qui m’a permis de rester près des compétiteurs et vous fournir ainsi quelques photos.

Que dire de l’organisation d’une rencontre qui à lieu tous les ans depuis près de 20 ans, sinon qu’elle est rodée :
– 6 arbitres par tatamis soit plus de 20 officiels des différents pays participants.
– la « Team Wasquehal » composée d’une quinzaine de personnes, oeuvrant pour la bonne circulation des compétiteurs et la logistique.
– une équipe de soigneurs sans qui un simple saignement de nez peut mettre fin à un combat.

A mon arrivée 2 imprimés me sont remis : le dessin des gestes d’arbitrage, qui doit permettre aux visiteurs de comprendre les décisions des juges et une plaquette détaillant les grands noms présent pour la journée. C’est sur cette plaquette qu’on peut apprendre que Rafael Aghayev (champion du monde des +60kg à Tokyo) est forfait et que Mlle Tiffany Fanjat (championne du monde des +60kg à Tokyo également) est présente sur les tatamis (peut-être pourrais-je la rencontrer).

Echauffement dans les gradins du dojo régional de WasquehalLes compétiteurs de tous les pays participants sont arrivés calmement accompagnés de leurs coachs. Ils déposent leurs affaires et s’échauffent dans les gradins, répétant les gestes qui les feront peut-être gagner. C’est sans doute aussi pour eux, un moyen d’utiliser à bonne escient, l’adrénaline qui monte avec le stress en attendant le début de la compétition.

Dernières discussions entre arbitres avant le début des rencontresLes hommes et femmes de la FFK en cravates bleues (les arbitres) tiennent les derniers conciliabules avant d’inviter les participants à se présenter sur les 4 tatamis.

Equipe de karate de ColombesJuste avant, j’ai le temps d’interroger l’équipe du club de karate de Colombes (région parisienne). Les karate-ka sont ici, de l’aveu même de 2 sympathiques membres de l’équipe (Stéphanie Jilabert et Benjamin Bajoti). Ils sont certes là pour faire un podium (et Daridge Brahmi un de leur coach l’espère bien lui aussi), mais aussi pour se frotter à du karate de haut niveau comme le sous entend la réputation nationale du club de Wasquehal. Ils savent bien tous les deux qu’ils pourraient « tirer » contre les champions du monde (de retour de Tokyo). Rencontrer les combattants d’autres pays fait aussi partie de leurs motivations… et ils ne seront pas déçus du voyage.

La tension monte d’un cran, lorsque les noms résonnent lentement dans le micro principal… c’est l’heure du salut pour tous ces adversaires d’un jour.

Dojo Régional de WasquehalDans la matinée, alors que les premiers combats font rages, on peut voir le premier geste de mécontentement de la part d’un compétiteur. Il est en colère contre une décision d’arbitrage. Il n’attendra pas le jugement du combat pour quitter le tatamis.

J’en profite pour faire un petit rappel : une décision d’arbitrage ne se discute pas. On peut peut-être à la rigueur donner une info (« j’ai bloqué son coup de pied monsieur l’arbitre »), mais en aucune manière élever les bras en critiquant ouvertement le jugement rendu. J’espère que son coach lui a rappelé.

Je tourne un peu autour des tatamis, mitraillant au passage les combattants et les combattantes de mon appareil photo et je m’absente pour le déjeuné.

Le retour au dojo régional de Wasquehal, est l’occasion pour moi d’une prise de conscience. Lors de mes pérégrinations en tant que compétiteur (vétu de mon kimono noir), j’ai noté une chose : lorsque l’on entre dans la salle ou se déroule une compétition, on en ressort que tard le soir, fatigué physiquement d’avoir du s’échauffer toutes les demi-heures en attendant son tour et fatigué moralement pour avoir contenu le stress et canalisé son adrénaline.

Télécharger les photos

Alors quand cette fois-ci, je rentre pour la deuxième fois dans cette grande salle ou combattait plusieurs dizaines de karate-ka, 3 choses m’ont frappé :
1) d’abord l’odeur. Une odeur mêlée de sueur et de chaleur, incontournable et dûe à la présence de plusieurs centaines de personnes en un même lieu.
2) ensuite les combattants. Le stress des premiers combats étant derrière eux, les participants qui attendent leur tour, et ceux qui sont déjà passé sont assis ou couchés sur le pourtour de la salle. La décontraction s’est installée, et les conversations entre adversaire ont lieu plus facilement. C’est vrai, c’est ce qui arrive qu’on vous affrontez amicalement (sportivement) une personne, la glace se rompt et un contact se créé. C’est bon pour l’esprit du karate, c’est pour l’esprit… tout court.
3) et enfin les arbitres. Ils ont tous, sans exception, tombé la veste. Elle gît au sol ou plus souvent sur les dossiers des chaises. Maintenant, on sait que la compétition bat son plein.

Gilbert Thulliez et Bruno VerfaillieJe profite de cette « détente » pour approcher les juges et finis par rencontrer le responsable de l’arbitrage : M. Bruno Verfaillie, arbitre international. Il supervise aujourd’hui plus de 20 de ses collègues, afin que tout se passe selon les règles. M. Gilbert Thulliez et lui-même tiennent donc les rennes de cet évènement et c’est tant mieux car tout se passe sans aucuns problèmes (M. Verfallie en haut à gauche et M. Thulliez, en bas à gauche).

Puis arrivent lentement l’heure des finales. Les dernières demi-finales se déroulent sur le dernier tatami encore occupé, tandis que la « Team Wasquehal » met en place le tatami central ou se dérouleront les derniers matchs. Les 10 finalistes des différentes catégories s’alignent ensuite pour saluer ensemble une dernière fois les juges et le public, venu les soutenir et les applaudir.

Tiffany Fanjat, championne du monde à TokyoJ’en profite pour accrocher Mlle Fanjat la championne du monde au cours d’une séance de dédicace qu’elle offre à ses fans. Une demoiselle qui a su rester très simple malgré son titre.
A la question :
– « Pourquoi être venue à Wasquehal, après avoir connu les championnat du monde de Tokyo ? »
Et bien sa réponse ne fût pas une surprise, en tout cas plus depuis que je suis sur place :
– « C’est une compétition que j’aime beaucoup, une bonne occasion de reprendre [après les championnats du monde]. Il y a toujours du niveau ici. »
La réputation du dojo de Wasquehal, encore !
Mlle Fanjat se prépare pour les championnats de France et les championnats d’Europe.

Finalistes de l'Open International de WasquehalLe palmares des opposant(e)s listé au micro par M. Thulliez, est impressionant : des champions et championnes nationaux et internationaux multi-récidivistes sont là. L’organisateur nous rappel d’ailleurs au passage, qu’un certain Christophe Pina est venu combattre sur ces mêmes tatamis, ici, à Wasquehal. Puis les 5 combats ont lieu et ils sont très divers : stratégiques pour les uns (ou l’observation est la première qualité), surface de jeu pour les autres (ou la technique est mise en avant).

Tout ces combats se termineront par la montée sur le podium du vainqueur. Les flash crépitent, les « premiers » et « premières » gratifient l’assistance de leurs plus beaux sourires et pour cause… ils ont gagner. Ils ont les été les meilleurs parmi les meilleurs.

Bravo à elles, bravo à eux.

Résultats de l’Open International de Karate de Wasquehal, édition 2009

(images cliquables)
Podium des moins de 57 kg de l'Open International de WasquehalCatégorie – 57 kg
1- Eva Medvedova (Slovaquie)
2- Monika Visnovska (Slovaquie)
3- Viktoria Semanikova (Slovaquie)
3- Muriel Vanderhaegen (Belgique)

Podium des plus de 57 kg de l'Open International de WasquehalCatégorie +57 kg
1- Christina Feo Gmoez (Espagne)
2- Nadège Aï Ibrahim (Pôle France)
3- Vanessa Nortan (Pays-Bas)
3- Lolita Dona (France)

Podium des moins de 68 kg de l'Open International de WasquehalCatégorie -68 kg
1- Jason Legister (Angleterre)
2- Davit Pataridze (Géorgie)
3- Nicky Koster (Belgique)
3- Azdin Rgioui (Pôle France)

Podium des moins de 78 kg de l'Open International de WasquehalCatégorie -78 kg
1- Gogita Arkania (Géorgie)
2- Lary Dona (équipe de France de la police)
3- Mickaël Alonso (équipe de France de la police)
3- David Melice (Pôle France)

Podium des plus de 78 kg de l'Open International de WasquehalCatégorie +78 kg
1- Kevin Horn (Allemagne)
2- Rory Daniels (Angleterre)
3- Thmothy Petersen (Pays-Bas)
3- Calum Robb (Ecosse)

Vous trouverez plus d’autres infos sur la compétition et sur le club en rendant visitant au Karate Wasquehal, articles de presses compris.

D’autres articles sur Masterfight.net


  •  
  •  
  •  
  •