•  
  •  
  •  
  •  

« Si vous sortez de ce stage en ayant compris ce qu’était le yin et le yang, c’est que je vous l’aurais mal expliqué. »

C’est à peu près en ces termes que Stéphane Dugnoille a entamé le stage de ce dimanche 18 janvier, auquel j’ai participé.

Le thème abordé était « Diagnostic et traitement des douleurs en pratique martiale ».
Malheureusement, toute la pédagogie du monde n’aurait pas suffit à faire tenir les explications dans le laps de temps prévu (2h30).

Cela étant dit, M. Dugnoille s’en est sorti avec brillot grâce à sa grande connaissance du sujet et une pédagogie exemplaire.

Méridien du maître coeurAprès avoir entrevue toute la complexité du concept chinois du Yin Yang (ce qui prit un peu de temps) et les diverses liaisons entre les 5 éléments et les saisons, les organes, les matières et les goûts, nous fûmes pris par la main dans la découverte du méridien du poumon, le plus facile d’accès selon lui, et, en binôme, nous découvrîmes chaque point, aidé en cela par des documents donnés au fur et à mesure de nos progrès. Nous vîmes aussi le concept de « cun » (prononcez « tseun » – distance subjective dépendante de la morphologie du patient), incontournable pour la localisation des points.

Puis vint l’application martiale ou nous comprîmes (pour ceux qui était encore à convaincre), toute l’importance d’une frappe précise, percutante et profonde dans le cas qui nous occupais.

Nous vîmes aussi que frapper un adversaire augmentait en efficacité dans certains cas si l’on percutait plusieurs points du même méridien, provoquant ainsi des dégâts immédiat mais aussi à plus long terme.

Vint enfin le moment ou nous travaillâmes sur un kuatsu permettant la reprise d’une ventilation bloquée (sujet le ventre) :
1> presser la cage thoracique (pour comprimer les poumons – expiration)
2> soulever les hanches (pour permettre au diaphragme de descendre – inspiration)
Si le cobaye est suffisamment décontracté, il peut noter le mouvement d’air impliqué… très instructif donc.

En résumé, un stage de découverte très bien dirigé, très bien documenté (un fascicule de 26 pages, reprenant le contenu du stage, nous fût remis dès le début du cours) mais trop court à mon gout, couvrant une bonne partie de ce domaine qu’est la circulation d’énergie dans le corps et les applications qui peuvent en découler dans un combat.

Un grand merci aux organisateurs (Mrs Stéphane Dugnoille et Aldo Iavicoli) qui préparent dès à présent d’autres stages sur ces mêmes thèmes.


  •  
  •  
  •  
  •